Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2005 3 19 /10 /octobre /2005 23:00

Le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe Alvaro Gil-Robles a dénoncé récemment l'état déplorable des prisons françaises, confortant les associations et les syndicats, qui s'alarment depuis longtemps de la surpopulation carcérale et de la vétusté des locaux.

Au terme d'une mission dans 32 Etats européens, dont seize jours passés en France, M. Gil-Robles a classé les prisons françaises parmi les pires d'Europe.
Dans un entretien à Libération, il a notamment qualifié d'"endroit répugnant" la prison marseillaise des Baumettes.
La surpopulation (le taux est actuellemnt d'environ 112 %) et les conditions de vie dans les prisons sont dénoncées périodiquement.
En 2000, le livre du médecin-chef de la prison de la Santé Véronique Vasseur avait fait l'effet d'une bombe, entraînant la création d'une commission d'enquête parlementaire et la possibilité pour les députés et sénateurs de visiter quand ils le veulent tous les lieux de détention.

L'association Observatoire international des prisons (OIP), qui défend les droits des détenus, situe le constat de M. Gil-Robles "dans la droite ligne" d'un rapport très critique de 2003 du Comité européen de prévention de la torture.
Ces conditions de détention ont des "conséquences désastreuses pour les personnes détenues, pour les personnels et in fine pour la société toute entière", a estimé Jean Bérard, de l'OIP.
Pour le président de l'Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire) Dominique Barella, il n'est "pas étonnant qu'avec un budget de la justice par habitant en 23e position européenne, on ne soit pas capable de respecter ce qui est de l'ordre de la dignité humaine".

Selon Christophe Marques, secrétaire général du syndicat de gardiens de prison FO-pénitentiaire, Alvaro Gil-Robles "s'est aperçu qu'on travaillait dans des conditions inhumaines qui ne favorisent pas la réinsertion des détenus et fabriquent de la récidive".

Le Snepap-FSU, syndicat majoritaire parmi les travailleurs sociaux de l'administration pénitentiaire, s'est alarmé de conditions de détention "régulièrement dénoncées sans que le ministère de la Justice ne prenne des mesures efficaces".

Le député Michel Hunault (UDF) a réclamé "une loi pénitentiaire" pour mettre fin à la situation dénoncée par M. Gil-Robles.
Interrogée par l'AFP, la Chancellerie a fait valoir que la situation aux Baumettes "s'est nettement améliorée depuis deux ans" avec l'ouverture de nouveaux établissements à Toulon et Avignon et un programme de rénovation complet d'un montant de 134 millions d'euros qui commencera "dès cette fin d'année".

Un appel d'offres a en outre été lancé au mois de juillet 2004 pour la construction d'une vingtaine de prisons dont les premières, des "établissements pour mineurs" vont ouvrir "en 2007", a assuré le ministère. M. Gil-Robles a rencontré le ministre de la Justice Pascal Clément le 7 septembre dernier.

Force est de constater que l
es 185 prisons françaises sont dans un état de surpopulation et d'hygiène dramatique pour les détenus, des conditions qui sont aggravées par la politique du gouvernement actuel, à également estimé  l'Observatoire international des prisons (OIP) dans un rapport.
"La dégradation de la situation des prisons ne doit rien à une fatalité qui résulterait de la dangerosité des personnes détenues. Elle résulte de choix politiques", a estimé Patrick Marest, délégué national de l'OIP, lors de la présentation de ce rapport.

Le taux de suicide en détention (115 morts en 2004) est 6,4 fois plus élevé que la moyenne française, les soins médicaux sont insuffisants, voire inexistants, alors que 70% à 80% des détenus souffrent de troubles psychiatriques et qu'un tiers sont toxicomanes à leur entrée en prison, souligne le rapport.
L'offre de travail en prison s'est réduite de 30% depuis 2000. Seulement un tiers des détenus exercent une activité rémunérée. Le taux de formation est au plus bas depuis dix ans.

Les incidents collectifs ont augmenté de 155% en cinq ans et la violence, qui devient monnaie courante en prison, est de plus en plus sanctionnée par des placements en quartier disciplinaire (le "mitard"), procédure jugée arbitraire par l'OIP. L'organisation non gouvernementale estime que le gouvernement français a tort d'axer sa politique sur la seule sécurisation des établissements et sur un recours accru à l'incarcération pour lutter contre la délinquance.
"La morale de comptoir et la symbolique de la sévérité ne répondent à aucune des questions complexes posées par la délinquance", a déclaré Patrick Marest.
En 2002, le gouvernement avait annoncé un programme de construction de 30 nouvelles prisons d'ici à 2007.

L'OIP souligne que l'ouverture récente de cinq nouveaux établissements (Toulouse, Lille, Liancourt, Toulon, Meaux) n'a pas fait baisser la surpopulation.

Débat sur : http://coeur-a-gauche.forumactif.com/viewtopic.forum?t=426
Liens : http://libresechanges.humanite.fr/article.php3?id_article=75

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mickael 16/10/2008 16:27

Je cherchais de l'information sur l'état des prisons françaises. Merci pour votre note. Très intéressante.

A propos de l'auteur

Arnaud MOUILLARD

 

Educateur Spécialisé.

 

Ancien jeune correspondant au journal l'Humanité.

 

Blogueur membre du collectif de blogueur de gauche #LeftBlogs.

 

RDV sur mon nouveau Blog : http://arnaudmouillard.fr

 

contact : hern276@yahoo.fr