Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2005 5 09 /12 /décembre /2005 10:00


Publié dans la Dépêche de l'Eure du 15 au 21 décembre 2005

La loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État a été publiée au Journal officiel du 11 décembre 1905. Elle comporte 44 articles, dont les 2 premiers portent sur les principes fondamentaux.

Article premier : « la République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public. »

Article 2 : « la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l’État, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l’exercice des cultes. Pourront toutefois être inscrites auxdits budgets, les dépenses relatives à des services d’aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons. Les établissements publics du culte sont supprimés, sous réserve des dispositions énoncées à l’article 3. »

La loi de séparation des Églises et de l’État, dont nous venons de fêter le centenaire, constitue un pilier de notre République. Elle marque l’indépendance de l’État vis-à-vis des Églises et des religions, qui elles-mêmes disposent de leur propre liberté. Elle permet que des droits égaux et inaliénables soient reconnus à tous les citoyens, qu’ils croient à Dieu ou qu’ils n’y croient pas. Elle garantit la liberté de conscience.

Les Français sont attachés à la laïcité et, hormis une poignée d’entre eux, ils sont hostiles à tout ce qui pourrait contribuer à redonner à la religion et aux Eglises une place dans le fonctionnement de nos institutions.

Selon Jacques Chirac : « la séparation de l’Eglise et de l’Etat est l’une des colonnes du temple républicain et la remettre en question constituerait une régression ». Reste que le 9 décembre 1905 fut très discrètement rappelé par les médias ainsi que les plus hautes autorités de l’Etat qui se sont montrées très discrètes à ce sujet.

L'Eglise continue de nos jours sa guerre de position essentiellement sur les questions de moeurs, notamment concernant la sexualité. C'est pourtant devenu une habitude chez nos bien-pensants de s'offusquer des déclarations sur le préservatif ou l'homosexualité.
Cependant, il ne faut pas oublier le pouvoir de l'Institution catholique. Sans remonter aux Croisades ou à l'Inquisition, contentons-nous de garder en mémoire qu'elle a combattu jusqu'au bout le principe de laïcité, qu'elle a voulu par tous les moyens garder son emprise sur la société civile, invitant au besoin son clergé et ses ouailles à ne pas respecter les décisions des pouvoirs politiques.

Rappelons nous aussi que la laïcité est un principe inscrit dans la Constitution de 1958 : «  La France est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale ».


Partager cet article
Repost0

commentaires

Delphine 18/06/2006 17:39

Bonjour,
Justement, Rachid Arhab a présenté à Nantes n débat fort instructif sur cette thématique.
 
@ +
 
Delphine

A propos de l'auteur

Arnaud MOUILLARD

 

Educateur Spécialisé.

 

Ancien jeune correspondant au journal l'Humanité.

 

Blogueur membre du collectif de blogueur de gauche #LeftBlogs.

 

RDV sur mon nouveau Blog : http://arnaudmouillard.fr

 

contact : hern276@yahoo.fr