Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2006 3 08 /11 /novembre /2006 08:09



Par Adrien Dassance membre du PS - http://adrien-dassance.over-blog.com

Pourquoi Laurent Fabius serait le meilleur candidat du PS pour la Présidentielle de 2007 ?

A mon avis, nos concitoyens ne laisseront pas le PS enterrer la question référendaire sur le TCE, et voteront en fonction. Quoi qu'en disent certains "ouistes", le "non" est majoritaire à gauche. C'est peut-être la seule raison de mon "soutien" à Fabius, et voici pourquoi :

Si les socialistes veulent obtenir la confiance de leurs concitoyens, et s'ils veulent la mériter, leur candidat aux présidentielles doit être de préférence un "noniste", car c'est un excellent gage que l'esprit du vote au référendum sera respecté. Mais pourquoi plus particulièrement Fabius ?

Face à une "motion 1" divisée, en se rassemblant les "nonistes" ont toutes leurs chances de réussir à placer un candidat au deuxième tour interne. Ce rapprochement peut être facilité par la présence d'antilibéraux certains dans l'entourage de Fabius : Mélenchon, Lienemann, ou encore Vidalies. Par ailleurs, pour reprendre l'expression de Libération, Chevènement a "des faiblesses" pour Fabius et pourrait le soutenir s'il est candidat.

Mais il ne s'agit pas de rassembler les "nonistes" seulement : c'est toute la gauche qu'il faut unir face à Sarkozy, y compris celle qui croit au "oui de combat". Or Fabius, plus que tout autre, a également un pied dans cette partie-là de la gauche, de sorte qu'il peut être plus apte à la fédérer - à la fois au sein du PS et dans les autres partis. Pour la même raison, c'est aussi le plus à même de porter un projet issu notamment de la synthèse du Mans.

Ainsi, il me semble que RAG comporte des "boutures" radicales, et d'autres plus modérées, qui font potentiellement de Fabius le meilleur candidat de la gauche. Reste à lui de le devenir en actes.

Restent à dissiper des accusations telles que "Fabius le traître", "Fabius l'opportuniste" ou encore "Fabius le libéral". Traître ? La question du TCE était si grave que, uniquement sur ce sujet, il était impensable de respecter la "discipline de parti" contre sa conscience. Opportuniste ? Fabius a choisi le "non" lorsque celui-ci était au plus bas dans les sondages, et y a perdu son siège de n°2 du PS... Quant au libéralisme, l'on reconnaît à tous le droit de changer d'avis, alors pourquoi le refuser à Fabius ?

Site de Laurent Fabius : http://www.laurent-fabius.net/

Blog soutenant Laurent Fabius : http://fabiusonline.over-blog.com/

Portrait de Laurent Fabius : http://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Fabius

Partager cet article

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans PS
commenter cet article

commentaires

Tibo 10/11/2006 14:44

Le programme national de Fabius m'attire plutôt mais par contre, je le trouve bien trop pro-israëlien...Il dit qu'il refuse de recevoir un dirigeant palestinien qui refuserait de reconnaître la légitimité d'Israël.Soit.
Mais on a l'impression qu'il ne rechignerait pas à recevoir un dirigeant israëlien qui refuserait la création d'un Etat palestinien...
On a pas beaucoup entendu le PS, ni personne d'autre d'ailleurs, critiquer l'alliance entre la gauche et l'extrême-droite dans le gouvernement israëlien...

Verdi 09/11/2006 08:53

Le 16 novembre, les militants socialistes désigneront leur candidat(e) à la candidature à l’élection présidentielle de 2007. Pour la vraie gauche (non socialiste), le vote "utile" ne peut qu’être Fabius. Si Royal l’emporte, des millions de Français de gauche ne voteront pas pour elle ou n’iront tout simplement pas voter en 2007 !
En dépit du bourrage de crâne intensif par les médias serviles, la sauce "Royal" n’a pas encore pris. Malgré le ralliement opportuniste d’un Jack Lang, il apparaît même que la candidate la plus à droite de la "pseudo" gauche libérale perd de sa superbe depuis quelques semaines.
La confrontation avec ses compétiteurs Fabius et Strauss-Kahn, -bien que sévèrement contrôlée par le numéro 2 du PS, le Dijonnais Rebsamen et les autres apparatchiks "hollandais" (pour ne pas nuire à leur préférée...)- n’y est pas étrangère.
Reste que, comme en 2005, pendant les mois qui ont précédé le référendum sur le traité constitutionnel européen, la hargne outrancière des uns d’imposer leur choix contre la volonté de la majorité des Français, se heurte à la formidable mutation de l’opinion, grâce essentiellement à l’info transversale sur internet.
Fabius, seul à se revendiquer sans cesse de gauche
De plus en plus nombreux sont en effet les Français qui ne s’en laissent plus conter. C’est un signe très encourageant pour la démocratie. Il se vérifie, y compris dans les sondages mensongers déversés à longueur de journée, pour imposer la peste Sarkozy ou le choléra Royal. Ces sondages bidonnés ne peuvent que constater, malgré la mystification, l’effritement des scores de ces deux météores de la politique française.
Après l’overdose médiatico-peopole de l’été, les questions de fond (enfin abordées), ont mis en exergue le décalage profond entre un homme d’Etat, Laurent Fabius, -qui a voté non au TCE, (contre l’avis de l’appareil dirigeant du PS), sans cesser depuis de braquer les projecteurs sur une vraie voie de gauche à ré imaginer-, et les deux autres, Strauss-Kahn, le social-démocrate pur sucre, et Royal, la chantre de l’ultra-libéralisme.
Royal, farouche partisane du libéralisme
A la veille de désigner leur candidat, les vrais « socialistes » doivent bien comprendre que Madame Royal est avant tout une construction médiatique imposée par les puissances financières qui détiennent 90% des médias de communication (la vraie information est ailleurs).
Sans eux, sans ce matraquage incessant depuis des mois et des mois à propos de Madame Royal (et du fou Sarkozy à droite), la farouche partisane d’une constitution européenne libérale ne serait aujourd’hui que la présidente respectable et respectée de la région Poitou-Charente, et la compagne du premier secrétaire du parti socialiste. Et basta !
La vraie gauche n’est et ne sera pas « Royaliste »
La vraie gauche non socialiste, dont le poids électoral se situe entre 20 et 25 %, bien qu’impuissante à ce jour à s’unir, aura toutes les peines à appeler à voter pour une candidate ultra-libérale, fut-elle habillée de rose très clair.
Le chantage au vote utile pour faire barrage à la droite, ou l’extrême-droite lepéniste ou sarkoziste, ne marchera pas.15 millions de Français en bavent trop depuis 5 ans pour se laisser berner, comme en mai 2002.
Parmi eux, très nombreux sont ceux qui n’accepteront pas de choisir entre la peste Sarkozy et le choléra Royal. La vraie gauche veut un candidat authentiquement à gauche. Si les socialistes ne l’entendent pas, ils porteront seuls la responsabilité d’un éventuel échec à la présidentielle de 2007.
Verdi

Adrien 09/07/2006 23:30

J'étais trop jeune, voire carrément pas né, à cete époque, mais je dois admettre que Fabius n'avait rien d'un "leader anti-libéral"... ;-)Mais comme je le souligne, son positionnement politique a heureusement changé. Cependant ce n'est pas purement un "leader anti-libéral", car il a vocation à rassembler l'ensemble de la gauche de gouvernement, y compris les sociaux-démocrates.Laurent Fabius est potentiellement un bon candidat de rassemblement à gauche car il représente à la fois l'assurance que la "révolution" n'aura pas lieu s'il est élu, et qu'en même temps l'esprit politique du "non" de gauche (majoritaire) sera respecté dans une politique socialiste de transformation économique et sociale - et non d'accompagnement du système actuel. Bref, il s'inscrit actuellement dans la droite ligne de la SFIO dans ses meilleurs jours. Ce n'est pas pour rien que le projet socialiste est fabiusien par de nombreux aspects.Cependant, comme je l'ai écrit dans mon article Tous Sauf Fabius ? (pardon pour cette auto-citation, mais c'est plus simple ;-) ), "cette nature composite [du courant fabiusien] est un désavantage pour le moment. Un peu de ci, un peu de ça : ceux qui veulent "ceci" restent pour la plupart entre eux, de même que ceux qui veulent "cela". Les "gauchistes" restent majoritairement à bonne distance du courant fabiusien, de même que les "centristes" : pourquoi rejoindre un candidat du compromis, quand ils en ont qui correspondent parfaitement à leurs désirs ?Ainsi le paradoxe : Laurent Fabius a pour le moment peu de chances d'être investi par les socialistes pour les présidentielles, et pourtant ce serait celui qui, ensuite, pourrait le mieux les unir, voire rassembler au-delà du PS !"Ceci dit, une coalition purement noniste a-t-elle ses chances ? Je ne le crois pas du tout. La gauche est majoritairement antilibérale (sauf au niveau de ses élus), mais ne l'est pas totalement. Pour vaincre Sarkozy et préserver la démocratie républicaine, elle devra se rassembler.

Sebastien 05/07/2006 12:37

Si on m'avait dit il y a 10 ou 15 ans que Fabius serait un leader anti-libéral, j'aurai bien ri... Ceci dit, je crois en effet (je l'ai déjà dit ici) qu'une coalition noniste anti-libérale aurait toutes les chances de passer au second tour devant le PS d'aujourd'hui...

A propos de l'auteur

Arnaud MOUILLARD

 

Educateur Spécialisé près de Rouen.

 

Ancien jeune correspondant au journal l'Humanité.

 

Blogueur membre du collectif de blogueur de gauche #LeftBlogs.

 

J'ai soutenu la Motion "A Gauche pour Gagner !" à l'occasion du dernier congrès du Parti socialiste.

 

Secrétaire de la section PS de Pavilly.

 

RDV sur mon nouveau Blog : http://arnaudmouillard.fr

 

contact : hern276@yahoo.fr