Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 19:08
Article de Ludovic Tomas paru dans l'Humanité



1. État des lieux


Dim, Arena, Éminence, Passionata, Well, Aubade, Metzeler, Dalphimétal, Nestlé, Thomé-Génot, Valeo, Delphi... Les exemples de délocalisations ne manquent pas, ces derniers mois. Et le nombre de salariés sur le carreau ne cesse d’augmenter. Si le secteur industriel est principalement touché, il n’est plus le seul. Selon une étude réalisée par une société américaine de conseil, les cinq cents plus grands groupes européens pourraient délocaliser 1,3 million d’emplois de service, dans les dix prochaines années.

En septembre 2006, l’assureur français Axa avait ouvert la voie en annonçant l’externalisation de 1 500 emplois au Maroc, d’ici à 2012. La semaine dernière, Ernest-Antoine Seillière, président de la Confédération des syndicats patronaux européens, trouvait « totalement justifiée » l’idée de délocalisation chez Airbus. « Ne nous obsédons pas sur ces délocalisations, elles sont extrêmement modestes », a ajouté le baron. Ce n’est pas tant leur nombre qui indigne mais la passivité, voire la complicité des dirigeants politiques et économiques qui présentent ces externalisations comme conséquence inévitable de la compétition mondiale : une fatalité.


2. Est-ce seulement la faute à la mondialisation ?


C’est souvent le principal argument des grands groupes : la délocalisation est l’unique moyen de préserver l’entreprise face à des coûts salariaux trop importants qui plombent sa compétitivité - internationale. La Chine, l’Inde, le Maghreb et même l’Europe centrale et orientale, où les salaires sont nettement moindres qu’en France, obligeraient donc le patronat à s’adapter.

Les réelles motivations sont pourtant ailleurs. Car si les entreprises délocalisent, c’est moins pour survivre que pour accroître leurs profits et satisfaire l’appétit de leurs actionnaires. Pour l’UMP, « c’est un fait que la différence de coûts salariaux qui existe entre certaines parties du monde entraîne la suppression d’emplois chez nous ». Mais les réponses avancées par la droite ne s’attaquent pas aux problèmes de fond. Le projet législatif de l’UMP préconise un accord européen « permettant aux salariés dont les emplois sont menacés par la mondialisation des alternatives professionnelles dans leur bassin d’emploi ».

Si aujourd’hui le candidat Nicolas Sarkozy s’émeut devant « la France qui souffre », et si son parti prêche que « la mondialisation ne peut en aucune manière justifier que l’homme et l’environnement soient sacrifiés aux intérêts de l’économie et du commerce », c’est exactement les principes contraires qui ont dicté la politique gouvernementale de ces cinq dernières années.


3. Que propose-t-on à gauche ?


Le Parti socialiste souhaite « une meilleure protection de l’Union européenne dans la concurrence commerciale », un débat sur les règles de l’OMC et « la mise en oeuvre des instruments capables de mieux protéger l’industrie européenne et son avenir, notamment contre les délocalisations extra— européennes », impliquant « un renforcement du tarif - extérieur commun ». Dans le texte qu’ils ont défendu mercredi à l’Assemblée, les députés communistes et républicains argumentaient ainsi : « La préservation de nos emplois et l’interdiction du recours aux licenciements boursiers passent aussi par la lutte contre le dumping social et fiscal qui incite les entreprises à délocaliser. »

Des préoccupations que Marie-George Buffet, candidate de la gauche populaire et antilibérale, a prises en compte dans son programme présidentiel. Celle-ci s’engage à ce que les procédures de licenciement et de délocalisation soient strictement réglementées. « Les élus du personnel disposeront d’un droit de veto suspensif » dans ce domaine. Elle propose également que « les entreprises qui délocalisent remboursent toutes les aides - publiques reçues » ainsi qu’« une taxe pénalisante sur la réimportation des produits de ces entreprises ».

Partager cet article
Repost0

commentaires

A propos de l'auteur

Arnaud MOUILLARD

 

Educateur Spécialisé.

 

Ancien jeune correspondant au journal l'Humanité.

 

Blogueur membre du collectif de blogueur de gauche #LeftBlogs.

 

RDV sur mon nouveau Blog : http://arnaudmouillard.fr

 

contact : hern276@yahoo.fr