Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 13:19




Mumia Abu-Jamal est né le 24 avril 1954.

A l’âge de 14 ans, Mumia est arrêté et battu pour avoir protesté contre un meeting du candidat ultraraciste George Wallace, à Philadelphie.

Peu après, il est fiché par le FBI pour avoir voulu rebaptiser son lycée “Malcolm X”.
En 1969, le jeune homme est chargé de l’information à la section de Philadelphie du
Black Panther Party.

Le FBI le considère comme l’une des personnes “à surveiller et interner en cas
d’alerte nationale”.

Il est l’une des cibles du Cointelpro (programme d’infiltration et de contre-espionnage) dont seront victimes Leonard Peltier et d’autres membres de l’Américan Indian Movement et des Black Panthers.

Devenu journaliste de radio apprécié, lauréat de plusieurs prix, Mumia est surnommé “la voix des sans-voix” pour sa critique de la corruption de la police et des dirigeants politiques locaux. Depuis 1978, il dénonce la violente répression qui frappe la communauté MOVE et, en 1981 suit le procès de son fondateur, John Africa, qui sera acquitté des charges fabriquées contre lui. Le soutien de Mumia à MOVE exaspère les politiques et la police de Philadelphie et lui vaut le renvoi d’une des stations de radio où il exerce.

Pour faire vivre sa famille, Mumia est contraint de travailler comme taxi de nuit. Aux premières heures du 9 décembre 1981, Mumia Abu-Jamal est grièvement blessé lors d’une fusillade dans le quartier sud de la ville, où il vient de déposer un client.

Arrêté, il est accusé du meurtre d’un policier, Daniel Faulkner, tué dans cette fusillade.
Malgré ses dénégations, malgré son absence d’antécédents judiciaires, une enquête inéquitable (expertises balistiques inexistantes, balles non identifiables, absence de relevé d’empreintes, zone des faits non sécurisée, tests non effectués, etc.) conclut à la culpabilité de Mumia.

Témoins menacés, subornés, écartés, rapports de police contradictoires, violations de ses droits, mèneront, en juillet 1982, à la condamnation à mort de cet opposant politique gênant sous la pression d'Alberto Sabo, un juge recordman de la sentence et qui a été surpris à l'époque à déclaré : "je vais aider à griller le nègre"... Mumia est “le coupable idéal”.

En juin 1999, un ancien tueur à gages, Arnold Beverly, avoue à l’une des avocates de Mumia avoir tué l’officier Faulkner dans le cadre d’un contrat mêlant police et mafia.
Corroborés par un faisceau d’éléments et de témoignages concordants, les aveux de Beverly n’ont jamais été entendus par la justice au prétexte qu’ils sont “hors des délais de la procédure”.

Le 18 décembre 2001, la sentence de mort de Mumia a été provisoirement écartée, mais il est
toujours considéré coupable et menacé de voir cette sentence à nouveau prononcée.
Mumia Abu-Jamal lutte toujours depuis le couloir de la mort, enfermé 23h/24h dans une cellule grande comme une salle de bains et dans un isolement sensoriel inhumain.
La mobilisation internationale a empêché par deux fois son exécution, en 1995 et 1999.
Aujourd’hui les options d’appel s’amenuisent.

En date du 8 octobre 2003, les ultimes appels d’Etat ont été rejetés, renvoyant l’affaire au niveau fédéral.

La vie de Mumia demeure en grand danger, comme le précisait récemment son avocat
fédéral, Me Bryan. La solidarité financière est indispensable pour permettre aux militants et à la défense de continuer à soutenir Mumia.

 



Lettre de Mumia Abu-Jamal à l'Humanité


La vie quotidienne dans le couloir de la mort, c’est la négation totale de la vie. C’est la vie dans une boîte ou une cage pendant vingt heures chaque jour, cinq jours par semaine, attendant une date pour mourir, des années durant.

C’est une vie passée pratiquement seul. Pendant que vous êtes 20 heures par jour dans cette boîte (ou 24 heures durant le week-end). Des camarades dans le couloir de la mort au Texas ont répondu à un tel traitement par le suicide.

C’est une vie loin de votre famille, souvent à des centaines de miles d’eux. Si, par chance, il arrive qu’ils vous rendent visite, c’est une « visite » sous surveillance, derrière des vitres épaisses. C’est une visite sans contact, une visite en menottes.

La vie quotidienne dans le couloir de la mort est une vie sous la menace quotidienne de la mort.

C’est une vie où le sort de quelqu’un peut dépendre d’un caprice. Où des stéréotypes racistes interfèrent souvent avec des réalités troubles ; où l’État cherche à tuer à petit feu... jour après jour.

Le couloir de la mort est une prison dans la prison, sous une prison, où un entourage restreint se moque bien de savoir si vous êtes en bonne santé ou malade, sain d’esprit ou fou.

Vous êtes livré uniquement à vous-même. Votre journée est ce que vous en faites.

Laissez-moi vous donner un exemple pour montrer combien les choses ne sont pas déglinguées uniquement dans le couloir de la mort, qu’elles sont même déglinguées après !

En novembre 2005, Harold C. Wilson (de Philadelphie) a été acquitté lors d’un rejugement pour 3 meurtres, après dix-sept ans dans le couloir de la mort.

Aujourd’hui, Harold ne peut toujours pas trouver un emploi à cause de ses mises en accusation (même après acquittement) ; sa santé aussi s’est tellement détériorée, après des années à avoir dû marcher sur le sol bétonné avec les pantoufles bon marché, sans épaisseur, fournies par l’État, qu’il souffre en permanence des pieds et des - genoux.

Il a été acquitté par un jury et le linceul des stigmates du couloir de la mort le couvre encore comme une nuée.

Il n’est plus dans le couloir de la mort, mais, dans un sens, il est encore dans le couloir de la mort dans les rues de Philadelphie.

Mumia Abu-Jamal, couloir de la mort, États-Unis, le 24 janvier 2007.



Liens : http://www.mumiabujamal.net ; http://fr.wikipedia.org/wiki/Mumia_Abu-Jamal ;

Partager cet article

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Coups de gueules
commenter cet article

commentaires

CGACF 13 15/03/2007 21:30

DEMENTI - EXCUSES
UN DEMENTI A ETE PUBLIE PAR NOS SOINS SUR LE DUPONT PRESIDENT DE LA FEDERATION DES BANQUES POPULAIRES FOSSOYEURS D'ENTREPRISE ET NOTRE COLLEGUE SYNDICALISTE DUPONT DE FRANCE 3 TELEVISION, HONORABLEMENT CONNU;
LA CGACF 08.99.70.18.18 SYNDICAT DES TPE, PRESENTE OFFICIELLEMENT SES EXCUSES POUR CE MALENTENDU D'AVOIR MELANGE DES DIGNES REPRESENTANTS DE SYNDICATS DE SALARIES AVEC LA MAFIA EN COL BLANC

GIRARD DIDIER 09/02/2007 15:17

 
 

 
 


 
 

COMMUNIQUE DE PRESSE
 

 
 


 
 

 
 

Valant déclaration de manifestation au sens de la loi du 10 octobre 1935.
 

 
 

 
 






Alors que la C.G.A.C.F. considère que tous les Elus de France, aussi bien de droite que de gauche sont des gens responsables, ayant un sens développé de la responsabilité et du bien être du citoyen.
 
 

Tout fait et geste contraire doit être dénoncé sur la voix publique afin que chaque citoyen sache avec exactitude qui est qui, et qui fait quoi notamment lorsqu’il s’agit d’élus du Peuple.
 
 

Il est trop facile aujourd’hui d’avoir des titres emblématiques et de se comporter comme un irresponsable, alors que le contraire est prêché au travers de mandats d’élus.
 
 

N’avons nous pas connu quelques ministres ici et là, ou quelques élus accrochés par des affaires pénales ?
 
 

Parfois derrière les titres de noblesse se cachent de véritables prédateurs prêts à dévorer ceux qu’ils ont mis à terre, qu’ils ont étouffés, qu’ils ont bâillonnés par leur puissance pour ensuite les conduire à une mort certaine dans l’indifférence et le silence général.
 

 
 

Notre Confédération dénonce chaque fois que c’est nécessaire ce genre de comportement. Elle n’obéit à aucun ordre politique, ni n’appartient à aucune organisation politique.
 

 
 

(Monsieur BITCH, Directeur d’agence, Banque Populaire Val de France, a déclaré à un de nos militants que notre adhérente était manipulée par des syndicats de gauche, la voyance, et plus particulièrement
 

PAR DES ORGANISATIONS QUI ETAIENT CONTRE LES BANQUES
 

 
 

(la C.G.A.C.F. attend l’attestation de notre militant pour poursuivre ce monsieur BITCH au pénal).
 

 
 

(En l’état actuel, compte tenu de la politique générale des dirigeants de la France aussi bien de droite que de gauche, nous ne tenons pas à nous couvrir de ridicule, en supportant un parti politique .
 

 
 

La C.G.A.C.F. par habitude supporte plus facilement des politiciens de tout bord ayant fait leurs preuves).
 

 
 

Le personnage mystère qui se cache derrière le visage de celui qui vole au secours des citoyens de la commune par ses titres de noblesse qui s’octroie, et en sa qualité de Conseiller Municipal, est en fait un personnage qui se permet de couvrir de par ses fonctions de graves préjudices professionnels commis par ses collaborateurs, administrateurs au sein de son entreprise bancaire.
 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

Préjudice créé par Yvan de la Porte du Theil, Directeur général de la Banque Populaire Val de France, siégeant aussi au Conseil d’Administration de la Banque Fédérale des Banques Populaires, siége aussi au Conseil d’Administration de la Banque Natixis, avec le personnage mystère qui le couvre, qui n’est autre que le Président de Natixis Banque.
 
 

Préjudice créé dans une entreprise de Pantin (93), la société MG2000 dont la gérante est Claudine MOULIS, 50 ans, veuve d’un colonel de l’armée française, petite fille de gendarme.
 
 

Préjudice soi-disant réparé par l’offrande d’une compensation comparable à une aumône.

La Banque Populaire Val de France et la Banque Fédérale des Banques Populaires ont laissé perdurer une grave faute professionnelle, LA PERTE D’UN VIREMENT BANCAIRE pour détruire moralement et physiquement cette chef d’entreprise, afin de lui faire signer un document sur lequel, en échange d’un pourboire, elle reconnaissait son préjudice comme réglé.
 
 

En fin de compte tout le monde avait bien compris que ce pourboire ne correspondait à rien, alors que la banque reconnaissait bien sa faute professionnelle.
 
 

La C.G.A.C.F. n’a pas été dupe de ce soi-disant geste hypocrite. Elle a dénoncé immédiatement les documents concernés.
 
 

Ce n’est pas tout, la Banque Populaire Val de France ne se contente pas de détruire cette pauvre femme, son Entreprise et ses Salariés, mais trouvant que sa victime est tout de même gonflée de mourir en hurlant, La banque lui demande de mourir en silence.
 
 

LE TOUT DANS LA TRANQUILLITE ABSOLUE DE MONSEIGNEUR PHILIPPE DUPONT DU HAUT DE SA TOUR D’IVOIRE, QUI N’A MEME PAS DAIGNE RECEVOIR LA VICTIME, CHEF D’ENTREPRISE, QUI AVANT SA VENUE LE 19 JANVIER, AVAIT OFFICIELLEMENT DEMANDE UN RENDEZ-VOUS.
 
 

MONSEIGNEUR DUPONT PEUT-ETRE TROP VEXE QU’ELLE SE SOIT INSTALLEE DEVANT LA PORTE DE SA BANQUE POUR Y FAIRE UNE GREVE DE LA FAIM.
 

 
 

Trop c’est trop, la C.G.A.C.F. envisage avec ses partenaires de dénoncer par des actions de rue et des distributions de tracts sur l’ensemble de la ville et par la venue de la caravane d’atteinte aux droits fondamentaux de l’homme, afin de mieux découvrir l’homme aux 2 visages du prédateur Philippe DUPONT, Conseiller Municipal de la ville de CHEVREUSE.(78)
 
 

Il semblerait que l’on connaisse un peu moins l’élu Philippe DUPONT.
 

 
 

Il est important qu’aux prochaines élections municipales, les Commerçants, Artisans, Chefs d’entreprise et les Citoyens sachent avec exactitude qui se cache derrière le seigneur DUPONT, tout puissant, dirigeant d’une banque mutuelle et coopérative,
 
 

Banque qu’il dirige comme une multinationale.
 

 
 

Diffusion : Sénateurs, Députés, Conseillers Régionaux, Conseillers Généraux, mais aussi à l’ensemble des Maires et Médias.
 
 

Auprès de Monsieur Philippe DUPONT, aussi Administrateur France 3,
pour ses rédacteurs de journaux télévisés. cf : info greffe RCS Paris 327.181.715. 
 
 

Mais surtout, à tout ceux qui sont concernés,  les citoyens.
 

Contact Presse, info : 06.13.33.04.11
 

 
 

 
 

 
 

 
 


Deux rendez vous à ne pas manquer
 


 
 

Venez rejoindre la caravane de l’information des abus bancaires
 


 

( Consultations juridiques gratuites )
 

 
 

PREMIER R.V
 


 
 

Les 8 et 9 Février 2007.
 

 
 

De 8 h à 20 h
 
 

Parking de la Mairie de CHEVREUSE
 

5 Rue Division LECLERC 78460
 

 
 

 
 


 
 

DEUXIEME R.V
 


 
 

 
 

Les 13,14,15 et 16 Février 2007.
 

 
 

De 8 h à 20 h
 

 
 

Devant la banque fédérale
 

des banques populaires
 

5 Rue LEBLANC
 

75015 PARIS
 

 
 


Métro : PONT GARIGLIANOS

A propos de l'auteur

Arnaud MOUILLARD

 

Educateur Spécialisé près de Rouen.

 

Ancien jeune correspondant au journal l'Humanité.

 

Blogueur membre du collectif de blogueur de gauche #LeftBlogs.

 

J'ai soutenu la Motion "A Gauche pour Gagner !" à l'occasion du dernier congrès du Parti socialiste.

 

Secrétaire de la section PS de Pavilly.

 

RDV sur mon nouveau Blog : http://arnaudmouillard.fr

 

contact : hern276@yahoo.fr