Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 07:00

 


Depuis 2003 et le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, la dette publique ne cesse de se creuser. Un nouveau palier a été franchi en 2007 avec l’élection de Nicolas Sarkozy et la mise en œuvre de nouvelles mesures fiscales, injustes et très coûteuses.

La politique fiscale et budgétaire menée par la droite porte une responsabilité écrasante dans l’explosion de la dette, qui avait commencé bien avant la crise de 2008. En réduisant les recettes publiques dans des proportions alarmantes, en étant incapables de renforcer la croissance, les politiques fiscales entreprises depuis 2003, et encore plus depuis 2007, ont des conséquences catastrophiques pour les Français.

Démantèlement du système de protection sociale et des services publics, redistribution des revenus à rebours, effets macroéconomiques désastreux et véritable politique de purge budgétaire, les Français paient la facture des cadeaux fiscaux aux plus aisés.

Depuis 2003 et le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, les politiques budgétaires et fiscales menées par la droite ont provoqué une envolée des déficits et de la dette publique. Loin de stimuler la croissance et les rentrées fiscales, les mesures adoptées ont réduit les recettes, aboutissant à un creusement la dette de l’Etat alors que les collectivités locales ont pris en charge son désengagement croissant, sans déséquilibrer leurs comptes.

Une dette croissante depuis 2003

Depuis 2003, la dette publique ne cesse de s’accroître alors que le gouvernement de Lionel Jospin était parvenu à la faire reculer durablement en pourcentage du PIB. Elle s’envole à partir de 2007. Malgré une croissance supérieure à 2% par an entre 2004 et 2007, les gouvernements de droite ne sont pas parvenus à réduire l’endettement, au contraire.

La dette publique s’établit au quatrième trimestre 2009 à 1489 milliards d’euros, soit l’équivalent de 77,6% du PIB (10 points de plus en un an), alors qu’elle était sous la barre des 60% en 2002 (58,8%).

Le résultat de huit ans de gouvernement de droite : une augmentation de la dette de près de 65% !

 

 

source : http://ps.cauxcailly.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Dette
commenter cet article

commentaires

Dedz 30/08/2010 21:18



 


Voilà le problème des militants du PS...


Au lieu de se poser la question "commencer gerer la dette ?" ( et non la rembourcer car c'est impossible ), il faut d'abord se poser "pourquoi la dette" ?


Avant 1973 en France, l'Etat avait le pouvoir de création monétaire. Levier primordial pour la gouvernance d'une nation, la contrôle de la monnaie est une cause de guerre depuis son invention.
Les Templiers pratiquèrent l'usure, chose strictement interdire par la religion catholique, ainsi que par la religion musulmane, et la religion juive ( mais attention ici interdite entre juif,
autorisée envers les goyim c'est à dire les non juifs ). Ils se firent chasser et dissoudre, leur pouvoir étant trop dangereux pour l'autorité en place mais aussi parceque l'usure à ces
conséquences que l'on connait. Le capitalisme ayant besoin de pratiquer l'usure, pour faire fonctionner son système, pour contrôler sa population, et pour s'etendre à travers le monde, les
dirigeants durent faire face à la tenacité du catholocisme en Europe. Est né le protestantisme, qui permettait l'usure, et qui s'etendit au travers l'Europe comme nous le savons. Il s'agit d'une
intervention sur la religion et sur les croyances des sociétés : modification socio et psychologique entraînée par la stratégie impériale de certains de ce monde.


Une fois le point de l'usure réglé, la notion de monnaie était en quelque sorte redéfinie. Restait donc à controler son emission, et donc sa valeur. Ce droit de battre monnaie est ce qui fait
d'un groupe d'homme un Etat. Dans les années 1910 aux Etats Unis, après plus de 20ans de tentatives acharnées des barons de la finance ( famille Rotschild, Rockfeller, Dupont...), la Federal
Reserve fut privatisée. Cette banque n'a plus rien de federale comme son nom l'indique, c'est une banque privée, au but lucratif, dirigé par des hommes non élus.  Dès lors, le capitalisme
muta en tout qu'on pouvait appeller un néo capitalisme. Les règles étaient chamboulées, le pouvoir transferé. Les banquiers contrôlant la racine de l'appareil étatique, le pouvoir executif devint
justement un executant...Une citation connue, d'un banquier de l'époque dit "Donnez moi le pouvoir de battre monnaie, et je n'aurais plus à me soucier de qui fait les lois". Ou encore celle
d'Henry Ford "si le peuple savait réellement comment marche l'économie, il y aurait une révolution avant demain matin".


 


En France, avant 1973, le pouvoir de création monétaire était contrôlé par l'Etat. Il pouvait ainsi battre monnaie pour les investissements sociaux. Une politique sociale était à cette époque
permissible. Le 3 Janvier 1973, la loi Pompidou Giscard, considerée comme la trahison de Pompidou à DeGaulle ( Pompidou banquier chez Rotschild faut-il le rappeller ), auto-interdit, ou plutot
auto-obligea l'Etat à payer des interets aux banques privées lors de ses emprunts. La loi fut fortifiée par l'article 104 du Traité de Maastricht, signé par le machiavélique Mitterand, car nous
savons qu'il faut un Europe au modèle americain (l'UE est une construction americaine cf conférence de l'enarque François Asselineau
http://www.dailymotion.com/video/x9uh0r_la-face-cachee-de-lunion-europeenne_news ).


De cette loi nait la dette. ( Graphique : http://infoguerilla.fr/wp-content/uploads/2010/05/Dette_evolution_avec_et_sans_interets_G.jpg ).


A quoi sert la dette ? Nous connaissons les differentes manières de conquerir un pays. Guerre militaire, bacteriologique, climatique, économique, psychologique...La prise de contrôle des
appareils étatiques est un objectif pour tout empire. L'armée integrée dans l'OTAN, la création monétaire donnée aux banques privées...L'on tient un pays, tout comme l'on tient un individu, par
la dette.


Dans quel mécanisme un tel système nous fait rentrer ? Quelles sont les conséquences de la dette ? L'Etat, qui rentre dans une spirale accroissant sans cesse la dette, ne peut de nos jours que
payer les interets. L'Etat a obligation de faire des recettes. Une politique sociale, un service public, est donc intenable dans ces conditions, le service public étant par définition non
rentable. Nous assistons à une dégradation graduelle de nos services publics. Non seulement parceque c'est un objectif de nos dirigeants liberaux que de les dégrader eux même pour qu'un jour le
peuple en soit à demander la privatisation ; mais aussi à cause de la logique dans lequel est rentré notre système politique avec la création de la dette. La dette auprès des banques privées,
c'est le liberalisme imposé. La fin de cette mécanique mise en route par cette simple loi de Janvier 1973, c'est la privatisation intégrale de notre société.


 


Une vraie politique de gauche, c'est proposer la nationalisation des banques.


Mélenchon propose quelque chose de similaire.


Et tant que vous, les " gauchistes", continuez à proposer des alternatives de traitement de la dette, vous serez l'équivalent des démocrates americains. En rien une alternative.



romain blachier 30/08/2010 10:03



Une bonne chose à dire!



A propos de l'auteur

Arnaud MOUILLARD

 

Educateur Spécialisé près de Rouen.

 

Ancien jeune correspondant au journal l'Humanité.

 

Blogueur membre du collectif de blogueur de gauche #LeftBlogs.

 

J'ai soutenu la Motion "A Gauche pour Gagner !" à l'occasion du dernier congrès du Parti socialiste.

 

Secrétaire de la section PS de Pavilly.

 

RDV sur mon nouveau Blog : http://arnaudmouillard.fr

 

contact : hern276@yahoo.fr