Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 21:40

 

primaire ps socialiste royal hollande aubry baylet valls mo

 

 

Il y aura donc 6 candidats à la primaire socialiste des 9 et 16 Octobre prochain.

Voici un portrait de chaun d'entre eux que je reprend du site francesoir.fr :

 

 

Martine Aubry

Première secrétaire trois ans durant depuis 2008, ancienne ministre du Travail de François Mitterrand (1991-1993) et de l'Emploi sous Lionel Jospin (1997-2000), maire de Lille depuis 2001, fille du presque-candidat PS à la présidentielle de 1995 Jacques Delors, Martine Aubry a le socialisme dans le sang. Son pacte de non-agression avec DSK est devenu inutile depuis la mise en cause de ce dernier à la mi-mai dans une affaire d'agression sexuelle présumée à New-York. Le 28 juin, elle a donc pris « l'engagement de la victoire en 2012 ». Elle est louée pour avoir « remis au travail » le parti, divisé après la défaite à la présidentielle de 2007 et pour avoir rassemblé les sensibilités autour du projet pour 2012.
A bientôt 61 ans, la « dame des 35 heures » s'appuie sur sa légitimité de première secrétaire. Elle est soutenue par l'aile gauche du PS et la gauche en général. Elle a cultivé de bonnes relations avec la chef des écologistes, Cécile Duflot. 
On lui reproche d'avoir été « poussée » vers la présidentielle après l'arrestation de DSK. Les médias, la titillent régulièrement sur ce manque « d'envie » présumé.

Site internet de Martine Aubry : http://www.martineaubry.fr

 

 

 

 

François Hollande

A la tête du PS pendant plus de dix ans (1997-2008), son CV parle de lui-même : énarque passé par la cour des Comptes, il est à 26 ans conseiller économique de François Mitterrand. Tout en évoluant dans les cabinets ministériels, il laboure le terrain électoral et devient député puis président du conseil général de la Corrèze. Son principal argument : la connaissance et la maîtrise des dossiers économiques et fiscaux, une orientation social-démocrate et la priorité donnée à la jeunesse. Lancé depuis le 31 mars dans la course à la primaire, l'ex-compagnon de Ségolène Royal travaille en fait en coulisse depuis deux ans. L'éléphant s'est fait plus mince, moins « bout-en-train de service », a revendiqué sa « normalité » face à Nicolas Sarkozy et à DSK et a travaillé ses réseaux aux quatre coins de l'hexagone. Sa posture d'outsider du parti l'expose aux critiques de ses rivaux. Notamment celles qui le décrivent comme un dirigeant « mou », à la recherche permanente de l'impossible consensus.

Site Internet de François Hollande : http://www.francoishollande.fr

 

 

Ségolène Royal

Pas découragée par sa défaite à la présidentielle de 2007 face à Nicolas Sarkozy, la présidente de la région Poitou-Charente reprend du service pour le scrutin de 2012. Trois fois ministre (à l'Environnement sous François Mitterrand, à l'Enfance et à l'Enseignement scolaire sous Lionel Jospin), elle a pris son élan pour la campagne des primaires en se déclarant candidate dès novembre 2010. Même si son aura décroit dans les sondages, elle continue d'y croire et se présente comme la possible « présidente des solutions ». Ses thèmes de campagne : ordre juste, ordre social, démocratie participative, croissante verte. Une recette qu'elle dit avoir mis en oeuvre avec succès dans son fief poitevin. Ségolène Royal a récemment mis de l'eau dans son vin par rapport à sa première campagne présidentielle, reconnaissant des « erreurs ». Celle qui est souvent allé à contre-courant du parti appelle cette fois au rassemblement. Ce qui ne l'empêche pas de prendre des positions tranchés dans les médias.

Site internet de Ségolène Royal : http://www.leblogdesegoleneroyal.fr/

 

 

Manuel Valls

Le quadra de Solférino et député-maire d'Evry a un mantra : le renouvellement du Parti socialiste. Barcelonais de naissance, il a acquis la nationalité en 1982. A 48 ans, il axe sa campagne sur des thèmes iconoclastes au PS : orientation libérale du parti, sécurité, responsabilité individuelle, langage de vérité sur les finances publiques. Dès juin 2009, il annonce vouloir défendre ces thèmes lors de la course à la présidentielle : « Si on ne me prouve pas qu'un autre socialiste peut mieux que moi porter le renouvellement - et pour l'instant je ne vois pas - je porterai ces idées moi-même ». Manuel Valls ne renonce pas à se démarquer du projet socialiste. Il a récemment tiré à boulets rouges sur la proposition de retour à la retraite à 60 ans et sur les 35 heures.

Site internet de Manuel Valls : http://www.valls.fr/

Arnaud Montebourg

Encore un "jeune loup". Mais celui-ci est à l'opposé de Manuel Valls. Arnaud Montebourg, 48 ans également, s'est fait le chantre de la « démondialisation » depuis son entrée en campagne pour les primaire en novembre dernier. Candidat le plus à gauche de l'échiquier socialiste, proche des idées de Jean-Luc Mélenchon (les deux ont fait campagne commune dans le Jura pendant les cantonales), le député de Saône-et-Loire s'oppose au libéralisme européen et défend un protectionnisme écologique de l'Europe. Sa démondialisation, qui implique également une « révolution industrielle verte », serait selon ses dires « la seule idée nouvelle depuis 30 ans au Parti socialiste, depuis que François Mitterrand nous a quittés ». 

Site internet d'Arnaud Montebourg : http://www.arnaudmontebourg.fr/

 

Jean-Michel Baylet

Jean-Michel Baylet, le président du Parti radical de gauche, sénateur et président du Conseil général du Tarn-et-Garonne est le seul candidat non socialiste candidat à la primaire socialiste. Il estime que présenter sa candidature en solo risquerait d'augmenter les chances de qualification au premier tour de Marine Le Pen mais que ne pas présenter de candidat radical « n'aurait aucun sens ». Ses thèmes : la république, la laïcité, l'Europe fédérale. Certains voient dans cette candidature annoncée tardivement un simple arrangement électoral : les radicaux ne mettent pas en danger le PS en présentant un candidat tout seul (certains socialistes avaient critiqué Christiane Taubira en 2002, lui imputant l'échec de Lionel Jospin, éliminé au premier tour) et en contrepartie des accords pour les législatifs sont noués.

Site internet du PRG : http://www.planeteradicale.org


 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Alain 15/07/2011 18:49



J'ai l'impression que ce soit à gauche, au centre ou à droite qu'on n'aura que l'embarra du choix, le choix de l'embarra et l'embarra tout court car je penses qu'il y aura encore trop de candidat
et que à gauche on retrouve toujours les mêmes et à droite c'est pareille... au centre on a des anciens ministre plus sinitre que ministre et au extrême des con ben elle va être belle cette
campagne mais bon pour infos ne nous attendons plus à cette liesse que fut les années mitterand c'est à dit en 1980 quand il a été élu pour la 1er fois


 



A propos de l'auteur

Arnaud MOUILLARD

 

Educateur Spécialisé.

 

Ancien jeune correspondant au journal l'Humanité.

 

Blogueur membre du collectif de blogueur de gauche #LeftBlogs.

 

RDV sur mon nouveau Blog : http://arnaudmouillard.fr

 

contact : hern276@yahoo.fr