Sarkozy


Lundi 2 décembre 2013 1 02 /12 /Déc /2013 21:36

 

Sketch drôle et féroce de Nicolas Bedos sur Nicolas Sarkozy avec un droit d’inventaire que l’UMP n’a pas osé faire :

- 612 milliards de dette publique supplémentaire

- 19% d’augmentation de violence contre les personnes

- 1 million de chômeurs...

 

 

Merci à Bembelly


 


Par Arnaud Mouillard - Publié dans : Sarkozy - Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Jeudi 4 juillet 2013 4 04 /07 /Juil /2013 21:31

http://photo.europe1.fr/infos/nicolas-sarkozy3/22882623-1-fre-FR/Nicolas-Sarkozy_scalewidth_630.jpg

 

Nicolas Sarkozy a annoncé qu'il démissionnait "immédiatement" du Conseil constitutionnel, dont il est membre de droit, "afin de retrouver [s]a liberté de parole".

Le Conseil constittionnel avait rejeté ce 4 juillet 2013 ses comptes de campagne pour l'élection présidentielle de 2012. Ainsi, celui-ci n'a pas droit au remboursement forfaitaire prévu par le code électoral, de l'ordre de 11 millions d'euros, équivalent à 47,5 % du plafond de dépenses autorisées, et il doit restituer au Trésor public l'avance forfaitaire de 153 000 euros qui lui avait été versée.

 

Mais voilà, dommage pour l'ancien monarque, un ancien Président ne peut pas démissionner du Conseil Constitutionnel !

"Prisonnier d'un statut"

En effet, selon Olivier Dord, constitutionnaliste, interrogé par francetvinfo.fr, le droit n'autorise pas l'ex-président à démissionner :

"L'article 56 de la constitution, qui codéfinit la composition du Conseil constitutionnel, prévoit, dans l'alinéa 2, que les anciens présidents sont membres de droit du Conseil constitutionnel. Or cette qualité de membre à vie ne peut pas changer, même avec toute la volonté du monde", explique-t-il.

Nicolas Sarkozy pourra seulement s'abstenir de siéger, ce qu'il fait déjà depuis un certain temps. "C'est de la pure communication", pour Olivier Dord. 

 

Nicolas Sarkozy ne pourra donc pas retrouver la "liberté de parole" qu'il appelle de ses vœux.

"Les statuts du Conseil constitutionnel imposent un devoir d’impartialité et un devoir de réserve. Comme il ne peut pas démissionner, il est prisonnier d’un statut", avance Pierre Esplugas, constitutionnaliste à l’université de Toulouse, interrogé par francetvinfo.fr.

Cependant, "les membres de droit ne sont pas obligés de prêter serment", rappelle-t-il, "cela leur donne une certaine liberté de parole".

Par exemple, Valéry Giscard d’Estaing s'était exprimé sur le traité référendaire européen ou pour prendre parti pour Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle de 2007.


Lorsque l'on parle d'argent cela devient sérieux avec Sarkozy.

11 millions en moins pour son "fils spirituel" Copé cela va être difficile à gérer pour un parti déja en grandes difficultés financières.

Pourquoi Fillon n'a t-il pas cherché à reprendre la Présidence de l'UMP ?

Tiens tiens...

 

 

UMP PS : J'ai un petit conseil pour l'UMP : demander à Claude Guéant de vendre quelques tableaux à plus de 10 millions d'euros et c'est réglé !

 


 

 

 



Par Arnaud Mouillard - Publié dans : Sarkozy - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Lundi 1 avril 2013 1 01 /04 /Avr /2013 09:33

Sarkozy-guignols.jpg

 

Pour ce 1er Avril, je vous propose un petit jeu.

Voici ci-dessous des citations de Nicolas Sarkozy, à vous de trouver celle qui est fausse, enfin qui n'est pas de lui :

 

"Je serai le Président du pouvoir d'achat"

"le problème des multirécidiviste, je le reglerai à l'été 2007"

"J'ai voté la retraite à 60 ans (en 1982)"

"Je veux changer la pratique de la République. Je veux une République irréprochable"

"Je ne prendrai pas de leçon politique d'un parti qui a voulu se rassembler derrière Dominique Strauss-Kahn"

"L'augmentation des plaintes pour des bavures policieres ca ne veut pas dire qu'il y a plus de bavures"

"J'irai chercher la croissance avec les dents"

"Je sème, je sème très profond. Le type qui passe à côté de mon champ croit que rien n’a changé, et il se trompe."

"Patrick Balkany est mon ami. Et Alors ? il n'a tué personne."

"Si on remet les délinquants endurcis dans les lycées, c'est comme si on enfermait à la SPA un lion affamé dans une cage de chihuahuas. "

"Notre régime de retraite est sauvé"

 

 

Sinon le Billet de Jegoun de ce 1er Avril est sympa.

 


Par Arnaud Mouillard - Publié dans : Sarkozy - Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Vendredi 22 mars 2013 5 22 /03 /Mars /2013 09:01

Sarkozy-mis-en-examen.jpg

 

Après avoir été placé sous statut de témoin assisté dans le cadre de l'affaire Bettencourt en novembre 2012, Nicolas Sarkozy a été mise en examen le 21 mars 2013 du chef d'abus de faiblesse commis en février 2007 et courant 2007 au préjudice de Liliane Bettencourt.

L'ancien chef de l'Etat rejoint ainsi les 16 personnes mis en examen depuis deux ans et demi dans cette affaire.

L'abus de faiblesse est passible de trois ans d'emprisonnement, de 375 000 euros d'amende et d'une peine d'inéligibilité de cinq ans maximum.

Même lorsque l'on est un ancien Président de la République, on est un justiciable comme les autres.

Reste que l'ancien président n'est pas (encore) condamné et qu'il bénéficie de la présomption d'innocence.

 

 

http://www.leparisien.fr/images/2012/07/03/2076026_web-bettencourt-sarkozy.jpg


Par Arnaud Mouillard - Publié dans : Sarkozy - Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

Jeudi 14 mars 2013 4 14 /03 /Mars /2013 20:10

http://www.humanite.fr/sites/default/files/vignettes/casse-toi-pauvr-con.jpg

 

La condamnation d'Hervé Eon, un militant du Parti de Gauche, coupable d'avoir brandi le message "Casse toi pov'con" sur une pancarte, au passage de Nicolas Sarkozy à Laval en 2008, a valu à la France d'être sanctionnée par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) pour avoir bafoué la liberté d'expression.

Poursuivi pour offense au président de la République,  Hervé Eon avait brandi son écriteau en carton peu avant le passage de Nicolas Sarkozy, le 28 août 2008. 

Il  faisait référence au "Casse-toi pov'con" prononcé quelques mois plus tôt par Nicolas Sarkozy lui-même, au Salon de l'agriculture, à l'adresse d'un visiteur qui refusait de lui serrer la main en lui disant "ah non, touche-moi pas". 

Pour cela, il avait été condamné à 30 euros d'amende avec sursis, peine confirmée en appel.

Cette formule utilisée n'était que la reprise de celle adressée en février 2008 par Nicolas Sarkozy. A bon entendeur...

 

 

L'original :


 

 

 

source : http://www.humanite.fr



Par Arnaud Mouillard - Publié dans : Sarkozy - Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

A propos de l'auteur

Arnaud MOUILLARD Blacqueville

Arnaud MOUILLARD

 

Intervenant Psychosocial ALZAMI auprès de personnes malades Alzheimer près de Rouen.

 

Blogueur membre des #LeftBlogs.

 

J'ai soutenu la Motion "Maintenant la Gauche" lors du dernier congrès du Parti socialiste.


contact : hern276@yahoo.fr

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés