Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 20:22

Ologi-Alzami-Alzheimer-Paris-Normandie-Arnaud-Mouillard053.jpg

 

Article Publié dans le Paris Normandie du 17 août 2013 sur le métier d'Alzami. 

Plus d'informations sur Ologi ICI

 

Page Facebook d'Ologi : facebook.com/pages/Ologi/436824426350279?fref=ts

 


Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Interview
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 21:27

http://www.retrocampagne.fr/wp-content/uploads/2012/02/retrocampagne_degaulle.jpg

 

 

Voici un entretien réalisé avec Jérémy Collado sur le site Rétrocampagne :


 

Rétrocampagne : Jean-Luc Mélenchon culmine à 15% d’intentions de vote dans les sondages, loin devant les scores de Robert Hue en 2002 et Marie-Georges Buffet en 2007, et prétend même à la place de troisième homme. Tout ça grâce au tribun Mélenchon ? 

Arnaud Mouillard : Je pense que la qualité du candidat Mélenchon y fait beaucoup. Grand orateur, bon pédagogue, il a souvent trouvé la bonne formule au bon moment. Il a su se rendre visible dans les médias et ainsi rendre audible ses idées.

R: On dirait aussi que le PCF s’est remis en ordre de marche grâce au turbo Mélenchon qui a profité des réseaux communistes bien implantés en France…

AM: Au niveau organisationnel, les communistes sont très présent sur le territoire et possèdent de nombreux élus locaux, ce fût un vrai plus pour la campagne de Mélenchon. Le PCF a su se montrer ouvert (comme lors de la campagne du NON au TCE en 2005), en soutenant un candidat non communiste, ce qui est un point très positif. En effet, je pense que l’image du PCF n’est pas forcement positive pour beaucoup de français et qu’intégrer le Front de gauche est une très bonne décision.

R: Et de nombreux jeunes ont du coup repris le flambeau de la lutte sous l’œil fier de leurs camarades plus anciens, comme l’a fait remarqué Jean-Luc Mélenchon lors de son dernier meeting jeudi 19 avril !

AM : Oui, notamment sur les réseaux sociaux où ils ont été très actifs. J’ai rencontré plusieurs jeunes non encartés, ne se retrouvant pas en François Hollande et adhérant aux programme du Front de gauche. Jean-Luc Mélenchon a suscité un véritable engouement. Reste à voir ce qui se passera après l’élection présidentielle.

R: Justement, sur la dynamique électorale et la campagne, qu’est-ce qui a changé depuis 2002, date où vous souteniez la candidature de Robert Hue ?

AM: En 2002, le PCF était membre de la gauche plurielle et était ainsi parmi les sortants, ce qui n’est pas forcement un avantage. De plus la multitude de candidatures à gauche lui aura causé du tort. En 2007, la candidature de Marie-George Buffet a été quelque peu plombé par celles de José Bové et Olivier Besancenot.

En 2012, la non candidature de Besancenot a permis à Mélenchon d’émerger face à un Philippe Poutou peu médiatique. Le Front de gauche rassemble large (PCF, PG, Gauche Unitaire, FASE …), a eu de nouveaux militants très actifs sur le terrain, sur la toile et a un candidat charismatique, invité régulièrement à la TV (même chez Drucker), bref plus visible. J’ai aussi observé que la campagne de Mélenchon avait un axe clair : elle était cette fois principalement axée contre le FN.

 

 

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Interview
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 14:40

http://img.over-blog.com/400x266/0/13/58/83/BLOG/Azouz-Begag.jpg

 

Azouz Begag, ancien Ministre délégué à la promotion de l'égalité des chances, de juin 2005 à avril 2007 du gouvernement de Dominique de Villepin, il prendra une part active dans la campagne présidentielle de François Bayrou.  

Soutien de Dominique de Villepin, candidat éphémère à la présidentielle, il votera pour François Hollande

Né en France de parents algériens immigrés en France. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels "Le gone du Chaâba", roman autobiographique qui évoque son enfance, et "Un mouton dans la baignoire – Dans les coulisses du pouvoir", un récit qui relate son expérience de ministre issu de l’immigration. Il a publié en mai 2011 "Cest quand il y en beaucoup...", un ouvrage sur la montée de l'islamophobie en France et en Europe et il a recemment publié une Bande dessinée "Leçons coloniales" et un roman, "Salam Ouessant".


Azouz Begag a bien voulu répondre à mes questions :
 

Pourquoi allez vous voter pour François Hollande à l'élection présidentielle ?

J'ai en politique, un objectif : faire battre Sarkozy. L'heure n'est pas aux idéologies, mais à l'efficacité. Il faut retrouver la France qu'on aime et faire cesser les infâmes divisions intercommunautaires alimentées par Sarko, Hortefeux, Morano, Guéant, Mariani... Ils ont mis le feu à la République. J'ai voté Hollande aux Primaires socialistes parce que j'étais sûr qu'il était le bon candidat contre Sarko. En outre, en 2007 aux législatives, j'ai donné mes 15% de voix à Lyon au socialiste Touraine ; en 2008, j'ai appelé à voter pour le maire socialiste Collomb. Tout ça pour lutter contre la Sarkozie. J'ai démissionné du Gouvernement Villepin en 2007 pour dire NON à Sarko. Je ne vois que cohérence dans mes engagements.

Que pensez vous des récents soutiens de Martin Hirsch et Fadela Amara à François Hollande ?

C'est honteux. Ils ont collaboré au démantèlement des valeurs républicaines avec Sarko et les voilà de retour avec Hollande.  Je ne veux pas être associé dans mon soutien à Hollande à des gens comme ça. J'ai téléphoné il y a un mois à Bernard Cazeneuve, maire de Cherbourg, pour l'informer de ma décision d'appeler à voter Hollande. J'ai eu Manuel Valls au téléphone la semaine dernière pour confirmer mon choix. Je ne suis pas un rallié de la dernière minute.


 
Quel bilan tirez vous des 5 années de Nicolas Sarkozy comme chef de l'Etat ?

Haine, islamophobie, divisions, bling bling, médiocrité, mensonges, Khadafi, Bettencourt, Jean à la tête de l'EPAD de la Défense, "casse toi, pov'con"...


 
Aujourd'hui quelles sont vos ambitions en politique ?

Rester un homme libre, près et avec le Peuple. Mais surtout, le 6 mai (pourquoi pas le 22 avril!!!), se débarrasser de Sarko et de son souvenir. Ces gens-là m'ont jeté au purgatoire depuis 5 ans. Quelle joie de les voir partir. J'espère que Hollande va participer à l'entreprise de déprofessionnalisation de la politique, installer la proportionnelle à l'Assemblée et opter pour le vote obligatoire. Mais attention : le 6 mai, il faudra rester digne, devant les énormes difficultés qui nous attendent. Pas de cocoricos, pas de liesse. De l'humilité.



Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Interview
commenter cet article
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 21:31

http://www.arenes.fr/IMG/jpg/photo-HD.jpg

 

Le blogueur Guy Birenbaum, s’est livré au jeu de l’interview chez Darkplaneur.

Comme le rappel Bembelly, il y apporte un point de vue instructif pour une meilleure lecture des blogs, des réseaux sociaux ainsi que de leur participation ou incidence dans l’échéance électorale de 2012.

Retrouvez cette très intéressante interview ICI.

 


Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Interview
commenter cet article
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 08:11

http://yann-savidan.typepad.fr/.a/6a00e00980028588330168e976ecfa970c-800wi

 

Mon camarade blogueur Yann Savidan a reçu les avis de Christophe Bouillon, député de Seine-Maritime (qui est mon député), sur la campagne présidentielle

 

Voici ses réponses :

 

 

Quels sont selon vous, les dossiers prioritaires qui devraient être approfondis pendant cette campagne électorale ? 

 Les dossiers prioritaires sont à mon avis les préoccupations premières des Français. Il y a bien sur l’emploi, des jeunes comme des seniors. Le pouvoir d’achat ensuite, qui n’a cessé de reculer depuis 2007 sous le poids des hausses du prix des médicaments, du tarif des mutuelles, des déremboursements, des prix des biens de première nécessité comme le gaz ou l’électricité. Le logement est également une préoccupation majeure. Les loyers augmentant sans rapport avec la réalité des biens et l’accession à la propriété étant de plus en plus difficile notamment pour les jeunes. La santé enfin, qui devient parfois un luxe. Face à toutes ces inquiétudes il faut des solutions concrètes. C’est tout le sens du programme de François Hollande : apporter, sur chacune de ces thématiques, de réelles solutions, qui pourront être appliquées au lendemain du 6 mai.

Pensez-vous que les sondages sont encore capables d'influencer la décision des citoyens ? 

 Les sondages sont présents depuis longtemps en politique. Ils donnent des indications, parfois peu fiables. Je reste cependant convaincu que les citoyens se font leur opinion autrement. C’est en examinant les programmes et les idées, en se reconnaissant dans des valeurs, en discutant avec sa famille, ses amis, ses voisins, que se forge réellement l’opinion. La proximité et l’humain sont donc toujours pour moi au cœur du choix politique et c’est une très bonne chose.

Qu'attendez-vous du prochain Président de la République ? 

 J’attends du prochain Président de la République qu’il redresse la France avec une politique ambitieuse. J’attends aussi de lui de la sérénité et de la responsabilité. Nous savons qu’il aura à faire à une situation financière désastreuse, aggravée par la droite. Il aura donc des décisions difficiles à prendre. J’attends donc également de lui qu’il fasse des choix dans l’intérêt général de tous les Français, qu’il rétablisse la justice. Le prochain Président devra donc, selon moi, rassembler les Français autour d’un projet de changement, un changement dans la justice. 

Quelle serait la première mesure qu'il devrait prendre à son arrivée à l'Elysée ? 

 Le nouveau Président aura beaucoup de travail à faire dès son arrivée. C’est d’ailleurs pour cela que le Parti Socialiste a déjà travaillé sur les 100 premiers jours du nouveau quinquennat. Durant cette période et pour réparer les dégâts causés depuis cinq ans il ne faudra pas perdre une seconde. Une des premières mesures devra concerner la justice fiscale. Depuis cinq ans la fiscalité mise en place par la droite favorise les plus riches. Il faudra donc la remettre à l’endroit pour que chacun contribue réellement en fonction de ses moyens. Cela soulagera une grande partie de Français en demandant un effort supplémentaire à ceux qui le peuvent. Ensuite, il faudra s’attaquer au chômage, des jeunes comme des seniors, c’est toute l’idée qu’il y a avec le contrat de génération. Permettre à une entreprise d’embaucher un jeune tout en gardant un salarié expérimenté, c’est un pari gagnant pour tous. Les jeunes devront aussi avoir un petit coup de pouce pour trouver un emploi, c’est le sens des contrats de générations. A travers ses contrats, ils pourront être utiles, via leur travail, à la société toute entière. Il y a bien d’autres mesures encore qu’il faudrait mettre en place très vite, sur l’égalité femme homme, sur la place des personnes en situation de handicap dans la société, au niveau européen, etc. nous y travaillons.

Etes-vous satisfait du traitement médiatique pour cette campagne ?

 Le traitement de la campagne est extrêmement varié. Depuis la dernière présidentielle de 2007 de nouveaux moyens de communication se sont développés. Il y a bien sur les citoyens engagés, vigilants et actifs qui animent, comme vous, des blogs. Il y a ceux qui twittent, qui relaient des informations sur facebook, sur tumblr, etc. Il s’agit d’un progrès démocratique indéniable. Il reste cependant vrai que la plupart des Français s’informent grâce à la presse, la radio ou la télévision. Ces medias sont en train de changer, notamment grâce au travail vigilant mené par les internautes. Ils sont désormais plus exigeants sur les réponses qu’apportent les candidats, n’hésitent pas à vérifier scrupuleusement l’information, comme le font par exemple Libération avec la rubrique désintox ou des sites internet comme Rue89. Globalement je suis donc satisfait du traitement médiatique de cette campagne qui permet à chacun d’aller chercher l’information à la source.

 

Vous pouvez suivre Christophe Bouillon sur Twitter : @DeputeBouillon

 

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Interview
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 22:06

Nicolas-Vincent-Petroplus-Petit-Couronne.jpg

 

Nicolas Vincent, coordinateur CGT de la raffinerie de Petroplus à Petit-Couronne a bien voulu répondre à mes questions (le 26/02/2012) :

 

 

Où en est Petroplus à Petit-Couronne ?

 
Aujourd'hui nous avons les fonds necessaire (environ 37 millions d'euros) pour faire les travaux de redémarrage et payer les salaires durant cette periode qui peut etre comprise entre 8 à 10 semaines. Ensuite un contrat de processing a été signé avec Shell, ce contrat a une durée maximum de 6 mois. Shell a souhaité inclure une clause lui permettant de limiter ses risques ce qui peut impacter la durée du contrat si ce dernier s'avère trop déficitaire. Le 28/02 un projet de loi nous permettant de préserver notre trésor de guerre (les stocks) est présenté à l'Assemblée nationale maintenant il nous faut trouver un repreneur et cela rapidement car le depot des offres doit être fait le 15/03.


 

Que retiens tu des annonces de Nicolas Sarkozy (qui était à Petit-Couronne le 24/02) ?

 
Toutes ses annonces étaient connus de tous puisque dès le lundi (20 février) j'avais annoncé que le contrat était en cours de finalisation.

Pour ce qui est de la proposition de loi, cela nous tenait à coeur pour préserver notre trésor de guerre. Pour le contact avec Shell rien ne lui revient puisque cela a été fait par l'intersyndicale.
Cela fait 2 mois maintenant que nous souhaitons préserver les stocks, cette loi nous met maintenat dans la légalité mais il faut rapeller que si cela est possible aujourd'hui c'est grace à notre decision de bloquer les expeditions.

 


Les salariés de Petroplus ont ils été suffisamment soutenue par les élus ?

 
Dès le projet de restructuration du complexe des huiles (octobre 2011) j'ai pris mon téléphone et établi des contacts avec tous mes amis du PS mais également des autres partis afin de les alerter du risque de desindustrialisation.
J'ai contacté les candidats à l'election présidentielle (à l'exception de la candidate du front national).
 
Nos rééls soutiens sont les elus de gauche, nous sommes régulierement recu par Guillaume Bachelay et l'equipe de François Hollandesans compter nos deplacement au sénat afin de rencontrer l'equipe du président Jean-Pierre Bel donc oui nous sommes soutenus par les élus de gauche et nous allons avoir encore besoin d'eux, davantage encore, car maintenant il nous faut un repreneur.

 

 

 

 

Vous pouvez suivre Nicolas Vincent sur Twitter : @VincentNico76

 

 

 

 



 

 

 

 

 

A lire :

 

Petroplus : "Sarkozy ,'a pas joué un rôle particulier" par Sarkofrance

 

Sauvetage de Petroplus : sarkozy a t-il était trop vite ?

 

Shell apporte 10 millions à Petit-Couronne, et non 20 comme l'a affirmé Nicolas Sarkozy


 


 


Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Interview
commenter cet article
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 07:46

patrick-jeanne-maire-fecamp-UMA.jpg 

 

Patrick Jeanne, maire et Conseiller général de Fecamp (seine-maritime), représentant du courant "Un Monde d'Avance" (UMA) en seine-maritime, soutient la candidature de Martine Aubry pour la primaire socialiste.

Voici une interview qui a été publié sur le site d'UMA76 :

 

 

Pourquoi soutenez vous la candidature de Martine Aubry ?

Avec quatres autres maires j'ai participé à l'appel au soutien à Martine Aubry avant même sa candidature considérant qu'elle est la mieux plaçée pour défendre les idées que nous partageons.

 

Qu'a de plus une candidature de Martine Aubry par rapport aux autres candidats au sein de la primaire socialiste ?

Elle dispose à la fois d'une grande expérience gouvernemental, elle gère une grande collectivité et elle a remis le parti socialiste en ordre de marche. Elle est tout à fait légitime.

 

Pensez vous que Martine Aubry puisse rassembler au delà du parti socialiste ?

Oui car elle cotoie de part ses fonctions de 1ere secrétaire les autres partenaires de la gauche. Le soutien de notre courant lui est acquis.

 

Comment le courant "Un Monde d'Avance" vas t-il participer à la campagne de la primaire socialiste ?

Le courant va s'impliquer sur le terrain et être un relais actif auprès des militants et sympathisants. 

 

Connaissez vous Martine Aubry depuis longtemps ?

Pas personnellement, mais elle a le soutien des chefs de file d'Un Monde d'Avance, c'est ce qui importe. 

 

Un dernier mot ?

Il est important que les primaires soient réussies car la dynamique de victoire sera enclanchée par le succès de celles-ci. Le candidat investi doit l'être à l'issue d'un scrutin à large participation.

 


Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Interview
commenter cet article
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 12:30

Azouz-Begag.jpg

 

Azouz Begag, 54 ans, sociologue, chercheur et universitaire, écrivain, scénariste, ancien ministre délégué chargé de l’égalité des chances dans le gouvernement Villepin de 2005 à 2007, il est membre du MoDem et de République Solidaire.


Azouz Begag est né en France de parents algériens immigrés en France. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Le gone du Chaâba , roman autobiographique qui évoque son enfance, et Un mouton dans la baignoire – Dans les coulisses du pouvoir, un récit qui relate son expérience de ministre issu de l’immigration. Il a publié en mai 2011 "Cest quand il y en beaucoup..." chez Belin, un ouvrage sur la montée de l'islamophobie en France et en Europe.


Comme en 2004, il a bien voulu répondre à mes questions.


 

 

Azouz, vous êtes membre du MoDem et de République Solidaire, alors Bayrou ou de Villepin pour 2012 ?


Oui, j'ai une double appartenance politique. J'ai une faiblesse en politique ; la fidélité. A François Bayrou qui m'a fait confiance pour les élections législatives, notamment, et à Villepin qui m'a nommé ministre en 2005.

Comptez vous vous présenter aux élections législative à Lyon comme en 2007, et si oui sous quelle étiquette ?


C'est scandaleux de voir qu'aujourd'hui à l'Assemblée, il n'y a aucun Français issu de l'immigration maghrébine... alors que nous sommes des millions en France ! Alors, il faut se présenter, oui. Mais pas n'importe comment. Il faudra mesurer les forces du Modem, de République Solidaire, pour se présenter dans les meilleures conditions.

Comptez vous voter pour la primaire socialiste et si oui avez vous un candidat préféré ?

 

Incontestablement, je vais voter François Hollande.

Avec le recule, regrettez vous d'avoir été membre du gouvernement de Villepin au même titre que Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux ?


pas du tout ! J'ai affirmé mes convictions face aux puisssants ! En politique, ce qui reste ce sont les paroles, les gestes de ceux qui sont libres et engagés pour leurs convictions humanistes, citoyennes, en politique. J'ai démissionné. J'ai écrit des bouquins pour relater mon expérience. Puissent-ils servir à ceux qui viendront derrière moi. Etre libre, ça coûte cher. J'ai payé. J'en suis fier.

Quel est votre avis sur la politique menée par Nicolas Sarkozy depuis 2007 ?


Le chantre de l'insécurité ! J'avais dit au temps des émeutes dans les banlieues que sa 'sémantique guerrière' ne me convenait pas. Il avait salement réagi contre moi. Il vient de finir une guerre personnelle contre Khadafi. What next ? La guerre totale à Al Qaida ? Pour cacher les défaillances de sa politique intérieure  et son échec à vouloir séduire une second fois les électeurs du FN sur le dos des immigrés en général et des musulmans en particulier...

Vous êtes de retour sur Twitter ( @AzouzBegag ), que pensez vous des reseaux sociaux en général ?


Il y a du bon et du mauvais. Ce sont des outils démocratiques utiles, incertains et aléatoires. On ne gagne pas des élections avec les réseaux sociaux. J'ai essayé. Ca ne marche pas. Leur virtualité est plus forte que leur efficacité. Cependant, j'ai fait de nombreuses rencontres professionnellesn, au niveau mondial, grâce à ces réseaux.

Quelles sont vos projets à venir ?


Des films, des livres, des conférences dans le monde sur la France d'aujourd'hui.

Un dernier mot ?


2012 sera pour la France annus horribilis. Il faut se préparer au pire.

 



Il y a quelques semaines, Azouz Begag a sorti un essai politique : "C'est quand il y en a beaucoup".



 


Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Interview
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 13:26

http://1.bp.blogspot.com/-lTmf1StJtus/TVOyYOjnX7I/AAAAAAAAG0o/Mkva4hs5bis/s320/interview116.jpg

 

Via Falconhill, je viens de lire l'interview du député socialiste Patrick Roy. Ce ,dernier vient de vaincre un cancer du pancréas qui "aurait du le tuer en un mois" comme il le raconte.
Une belle interview qui confirme que nous ne sommes bien peu de choses.
Comme Falconhill, je retiens ce paragraphe :
Ma maladie a effacé le jeu politique, au Parti socialiste comme ailleurs. Laurent [Fabius], Martine [Aubry], Jean-Marc [Ayrault], Benoît [Hamon], tout le monde est venu me rendre visite à l'hôpital ou à la clinique, quelles que soient les rivalités qui minent le parti en ce moment avec la primaire.

Mais j'ai aussi eu des coups de fil de François Bayrou et de François Fillon, entre autres, et vu passer dans ma chambre Roselyne Bachelot, jusqu'au président de l'Assemblée, Bernard Accoyer. Lui qui n'arrête pas, à juste titre, de m'engueuler à l'Assemblée est venu un soir, tout seul, de manière anonyme. On a beaucoup parlé, il m'a fait la bise, il a été humainement exemplaire. Mais qu'on ne s'y méprenne pas. Tout le respect que je lui porte ne m'empêchera pas de revenir porter de la voix dans l'Hémicycle,malgré lui, comme avant [sourire malicieux].
Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Interview
commenter cet article
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 21:30

http://www.ps76.fr/wp-content/uploads/img_0044-web-01-256x300.jpg

 

Voici un entretien a propos des 35 heures de Guillaume Bachelay, 36 ans, Vice-Président de la Région Haute-Normandie, adjoint au maire de Cléon et secrétaire national du parti socialiste à l'industrie.


Quel bilan tirez-vous des 35 h aujourd’hui ?

 Entre 1998 et 2002, elles ont créé 350 000 emplois. Ces derniers mois, alors que les carnets de commandes chutaient à cause de la crise, bien des entreprises n’ont pas licencié grâce aux RTT et aux comptes épargne-temps. Les salariés français sont parmi les plus productifs d’Europe : en 2009, ils ont travaillé en moyenne 1550 heures contre 1390 pour les Allemands par exemple. Bien sûr, le passage aux 35 h ne s’est pas fait de la même façon dans la multinationale et la PME, dans les services, l’industrie ou à l’hôpital. Mais si le gouvernement de la gauche a dû recourir à la loi générale en 1997, c’est parce que le MEDEF du baron Seillière a quitté la table des négociations, empêchant le dialogue social, donc les accords dans les branches professionnelles.

La droite au pouvoir s’est parfaitement accommodée des 35 h jusque là. Pourquoi, selon vous, prendrait-elle le risque de les remettre en question maintenant ?

 Pour masquer, avant 2012, l’échec du slogan “ travailler plus pour gagner plus ”. En choisissant de subventionner massivement les heures supplémentaires, M. Sarkozy a commis une erreur économique et une faute sociale : il a empêché les embauches, encouragé les contrats précaires et le temps partiel subi, accru le chômage des jeunes et des seniors. Plutôt que de polémiquer sur les 35 h, mieux vaudrait traiter les vraies urgences : comment soutenir l’investissement des entreprises ? comment éviter que le travail dans notre pays soit concentré entre 25 et 55 ans ? comment améliorer la formation, les conditions de travail et les salaires ? comment repenser les temps de la vie ? Ces enjeux seront au cœur du projet socialiste.

La remise en question des 35h par Manuel Valls, approuvée par la droite, fait elle du tort au PS ?

 Elle fait surtout du tort à Manuel Valls. On ne sert jamais la gauche en épousant les recettes les plus éculées de la droite la plus conservatrice.

Pensez-vous que les salariés sont prêts à accepter, après l’abandon de la retraite à 60 ans, un allongement de leur temps de travail quotidien en revenant aux 39h ?

 Après les retraites et avant de privatiser la santé, certains à l’UMP ont les 35h dans le viseur. Ils se heurteront aux salariés car relever la durée légale du travail se traduirait aussitôt par une baisse des salaires. Mais ils risquent aussi de fragiliser les entreprises. Dans les PME, le commerce, l’artisanat, on a besoin de stabilité juridique et fiscale, de souplesse aussi comme le permet la législation actuelle, pas de changer les règles du jeu en permanence.

Article LIBERTE DIMANCHE, 9 janvier 2011

 

 

Blog de Guillaume Bachelay : http://www.guillaumebachelay.fr

 

 

source : http://www.ps76.fr

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Interview
commenter cet article

A propos de l'auteur

Arnaud MOUILLARD

 

Educateur Spécialisé près de Rouen.

 

Ancien jeune correspondant au journal l'Humanité.

 

Blogueur membre du collectif de blogueur de gauche #LeftBlogs.

 

J'ai soutenu la Motion "A Gauche pour Gagner !" à l'occasion du dernier congrès du Parti socialiste.

 

Secrétaire de la section PS de Pavilly.

 

RDV sur mon nouveau Blog : http://arnaudmouillard.fr

 

contact : hern276@yahoo.fr