Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 19:00
J'ai l'honneur de participer pour la quatrième fois, le Jeudi 13 novembre, de 18h10 à 19h dans l'émission "Ça n'engage que vous" animé par Adrien Hervais sur la radio HDR.

Pour écouter l'émission en direct rdv ici


Vous pouvez écouter ou réécouter les émissions à laquelles j'ai participé le 20 décembre 2007 en cliquant sur le lien ici et celle du 20 mars 2008 ici.


Je vous invite a écouter ou télécharger les émissions d'Adrien Hervais sur :http://www.adrienhervais.com/


Repost 0
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 19:00
J'ai l'honneur d'être invité pour la troisième fois, le Jeudi 23 octobre, de 18h10 à 19h dans l'émission "Ça n'engage que vous" animé par Adrien Hervais sur la radio HDR.

Pour écouter l'émission en direct rdv ici


Vous pouvez écouter ou réécouter les émissions à laquelles j'ai participé  le 20 décembre 2007 en cliquant sur le lien ici et celle du 20 mars 2008 ici.


Qui est Adrien Hervais ?


D'après l'article de Gérard THOMAS paru dans Libération


Personne polyhandicapé, Adrien Hervais anime sur HDR (station locale de Rouen) une émission politique aux coudées franches.

La radio des Hauts-de-Rouen (HDR) a pris ses quartiers dans l'ancienne gendarmerie de Châtelet, une banlieue populaire perchée sur les collines au nord de la capitale normande. Une porte blindée munie d'un oeilleton, un long couloir. A gauche, des cellules désaffectées, à droite, un petit studio d'enregistrement jouxté d'une salle de mixage. Comme tous les jeudis soirs, l'émission Objectif 2007 , consacrée depuis le début de l'année aux échéances électorales, est diffusée en direct par la radio associative.

Adrien Hervais est aux commandes pour cinquante minutes d'antenne. Cette semaine, il a réuni autour de lui quatre candidats aux législatives en Haute-Normandie, un UMP, un PS, une LCR et une Modem, pour un débat centré sur l'économie, la santé et l'emploi. Redoutable animateur, le journaliste lance le premier thème du jour, distribue la parole, remet les débatteurs dans les clous, en les coupant sans ménagement, ou les laisse s'enferrer dans d'implacables silences avant de venir à leur secours. La dette, la fiscalité, les emplois subventionnés, l'hôpital, la région... les sujets s'enchaînent à un rythme soutenu. Les mains calées sur son afficheur braille, Adrien lit le conducteur (plan de l'émission) et veille scrupuleusement au temps de parole des uns et des autres.
Victime d'une maladie orpheline qui lui a fait perdre la vue à l'âge de 4 ans et l'a cloué dans un fauteuil quatorze ans plus tard, Adrien Hervais, 26 ans, s'est «drogué à la radio» et «passionné pour la politique» dès son plus jeune âge. Il conçoit son état physique comme «un handicap concret» , omniprésent dans sa vie quotidienne et douloureusement souligné par certaines réflexions maladroites et blessantes. Lorsque, par exemple, à la fin de la classe de troisième dans un établissement spécialisé pour non-voyants, il décide de poursuivre sa scolarité dans un lycée «normal», sa prof d'histoire-géo lui affirme abruptement qu'il n'y «arrivera jamais» . Celle d'anglais y va de son couplet en lui expliquant que les langues sont désormais enseignées par des techniques audiovisuelles et qu'il se heurtera donc à d'insurmontables difficultés. Quand il trouve enfin un stage dans une radio du service public de Rouen, son «parrain» se désintéresse rapidement de lui avant de lui asséner qu'il possède une «voix trop nasillarde» pour la radio !
Rien n'y fait, le gaillard est têtu, sûr de lui, ambitieux et bien décidé à prouver qu'on «s'habitue à tout» . Il effectue de brillantes études secondaires puis accumule les réussites universitaires, engrangeant une maîtrise puis un DEA en droit public à l'université de Rouen ­ «sans jamais redoubler car je considère que c'est du temps perdu» . Durant toutes ces années, Adrien se sent accepté, respecté et aimé par «une bande de copains», avec qui il est resté en contact et dont les photographies ornent les murs de sa chambre ( «Je ne les vois pas mais ils sont là !» )
Mis en contact avec la rédaction de HDR par un ami de collège qui habite près de la radio, il rejoint, bénévolement, la station en 2001 pour y animer l'émission le Mix des assoces à l'occasion du 100e anniversaire de la loi de 1901. Il y affûte son goût pour l'animation. Fin 2002, il lance Dans l'actu, une émission de politique internationale. Puis, en 2004, Intolérance 0, consacrée à la mixité sociale et aux droits des minorités. «C'est véritablement en 2004, avec les élections cantonales, que j'ai commencé à me régaler à la radio , explique Adrien. J'avais enfin marié mes désirs de politique et de radio, et découvert que j'adorais cuisiner les hommes politiques !»

L'acharnement mis à sa réussite professionnelle ­ admirablement accompagné au quotidien par ses parents, Alain et Monique ­ finit par payer. En plus de ses émissions, Adrien est contracté par le conseil régional de Haute-Normandie pour organiser un colloque sur la lutte contre les discriminations. Radio France, qui diffuse sur son site Web un passage au grill des candidats à la présidentielle en mars-avril 2007 sur le thème des quartiers populaires ( Pas de quartier ), lui demande de participer à l'émission. Il y rencontre tous les prétendants à l'Elysée (sauf Nicolas Sarkozy, qui boude l'émission) et se souvient que Dominique Voynet l'a «immédiatement tutoyé» ( «Ça m'a profondément agacé» ), que Ségolène Royal lui a tapoté l'épaule en fin d'émission en lui lançant, «Quel courage !» ( «C'est une réaction idiote mais gentille» ), ou que François Bayrou a répondu à ses questions en regardant un autre animateur ( «C'est mon père qui l'a remarqué» ).

Adrien Hervais ne leur en tient pas rigueur : «Toutes ces réactions montrent que les gens ont une relation bizarre avec le handicap. Soit ils en ont peur, soit ils l'abordent avec un côté charité chrétienne !» Totalement décomplexé quant à son état physique (il rigole franchement lorsque son père plaisante en affirmant que les grosses lunettes qu'il porte toujours «lui servent à entendre» ), il sait néanmoins qu'il reste vulnérable en raison de sa totale dépendance à ses parents. D'ailleurs, le visage s'assombrit et la voix se casse lorsqu'il évoque pudiquement leur âge et le temps qui passe : «La relation que j'ai avec mes parents n'est pas ordinaire, on marche à trois, on est complètement en symbiose. Je ne veux pas penser à l'avenir !»




Je vous invite a écouter ou télécharger les émissions d'Adrien Hervais sur :http://www.adrienhervais.com/
Repost 0
6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 07:15


Le 22 avril 2008, j'ai participé à l'émission de radio de Brigitte Lahaie,
l'Amour et Vous sur RMC sur le sujet de Thomas Beatie, un transexuel américain enceinte à qui j'ai consacré un article sur le blog : http://hern.over-blog.com/article-18191764-6.html

Désolé pour la qualité médiocre de la vidéo !

Repost 0
27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 07:27
Voici un lien vers l'émission radio ça n'engage que vous toujours animée de "main de maitre" par Adrien Hervais à laquelle j'ai paricipé jeudi dernier.
Les débats furent très intéressant, dommage que l'émission ne dure que 50 minutes !
Ainsi, les différents intervenants :
Franck Dubois ; Charlotte Lemoine ; Stéphane-Emmanuel Raynaud De Fitte avons débattu sur différents thèmes que je vous invite à découvrire ci-dessous.
Vous pouvez écouter ou réécouter l'émission via internet en cliquant sur le lien
ici


Ça n'engage que vous - Jeudi 20 mars 2008


Débats sans concession
sur les sujets qui font l'actualité
- en direct


- Franck Dubois, directeur de l'agence de communication "Le perroquet bleu";

- Charlotte Lemoine, déléguée générale de l'association Handisup Haute-Normandie et conseillère municipale de Sotteville-lès-Rouen;

- Arnaud Mouillard, éducateur et blogueur;

- Stéphane-Emmanuel Raynaud De Fitte, conseiller en communication et président des Jeunes Européens de Rouen.


Ecouter Ça n'engage que vous du 20 mars 2008 50mn


Thèmes abordés


- la mort de Chantal Sébire et le débat sur l'euthanasie;

- les résultats des élections municipales et leurs conséquences: comment faut-il les interpréter ? Le Gouvernement doit-il ou non continuer les réformes?


Repost 0
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 20:15

J'ai l'honneur d'être invité pour la deuxième fois, le Jeudi 20 mars, de 18h10 à 19h dans l'émission Ça n'engage que vous animé par Adrien Hervais sur la radio HDR.

Pour écouter l'émission en direct rdv ici

Vous pouvez écouter ou réécouter l'émission du jeudi 20 décembre à laquelle j'ai participé en cliquant sur le lien ici



Qui est Adrien Hervais ?


D'après l'article de Gérard THOMAS paru dans Libération



Personne polyhandicapé, Adrien Hervais anime sur HDR (station locale de Rouen) une émission politique aux coudées franches.

La radio des Hauts-de-Rouen (HDR) a pris ses quartiers dans l'ancienne gendarmerie de Châtelet, une banlieue populaire perchée sur les collines au nord de la capitale normande. Une porte blindée munie d'un oeilleton, un long couloir. A gauche, des cellules désaffectées, à droite, un petit studio d'enregistrement jouxté d'une salle de mixage. Comme tous les jeudis soirs, l'émission Objectif 2007 , consacrée depuis le début de l'année aux échéances électorales, est diffusée en direct par la radio associative.

Adrien Hervais est aux commandes pour cinquante minutes d'antenne. Cette semaine, il a réuni autour de lui quatre candidats aux législatives en Haute-Normandie, un UMP, un PS, une LCR et une Modem, pour un débat centré sur l'économie, la santé et l'emploi. Redoutable animateur, le journaliste lance le premier thème du jour, distribue la parole, remet les débatteurs dans les clous, en les coupant sans ménagement, ou les laisse s'enferrer dans d'implacables silences avant de venir à leur secours. La dette, la fiscalité, les emplois subventionnés, l'hôpital, la région... les sujets s'enchaînent à un rythme soutenu. Les mains calées sur son afficheur braille, Adrien lit le conducteur (plan de l'émission) et veille scrupuleusement au temps de parole des uns et des autres.
Victime d'une maladie orpheline qui lui a fait perdre la vue à l'âge de 4 ans et l'a cloué dans un fauteuil quatorze ans plus tard, Adrien Hervais, 26 ans, s'est «drogué à la radio» et «passionné pour la politique» dès son plus jeune âge. Il conçoit son état physique comme «un handicap concret» , omniprésent dans sa vie quotidienne et douloureusement souligné par certaines réflexions maladroites et blessantes. Lorsque, par exemple, à la fin de la classe de troisième dans un établissement spécialisé pour non-voyants, il décide de poursuivre sa scolarité dans un lycée «normal», sa prof d'histoire-géo lui affirme abruptement qu'il n'y «arrivera jamais» . Celle d'anglais y va de son couplet en lui expliquant que les langues sont désormais enseignées par des techniques audiovisuelles et qu'il se heurtera donc à d'insurmontables difficultés. Quand il trouve enfin un stage dans une radio du service public de Rouen, son «parrain» se désintéresse rapidement de lui avant de lui asséner qu'il possède une «voix trop nasillarde» pour la radio !
Rien n'y fait, le gaillard est têtu, sûr de lui, ambitieux et bien décidé à prouver qu'on «s'habitue à tout» . Il effectue de brillantes études secondaires puis accumule les réussites universitaires, engrangeant une maîtrise puis un DEA en droit public à l'université de Rouen ­ «sans jamais redoubler car je considère que c'est du temps perdu» . Durant toutes ces années, Adrien se sent accepté, respecté et aimé par «une bande de copains», avec qui il est resté en contact et dont les photographies ornent les murs de sa chambre ( «Je ne les vois pas mais ils sont là !» )
Mis en contact avec la rédaction de HDR par un ami de collège qui habite près de la radio, il rejoint, bénévolement, la station en 2001 pour y animer l'émission le Mix des assoces à l'occasion du 100e anniversaire de la loi de 1901. Il y affûte son goût pour l'animation. Fin 2002, il lance Dans l'actu, une émission de politique internationale. Puis, en 2004, Intolérance 0, consacrée à la mixité sociale et aux droits des minorités. «C'est véritablement en 2004, avec les élections cantonales, que j'ai commencé à me régaler à la radio , explique Adrien. J'avais enfin marié mes désirs de politique et de radio, et découvert que j'adorais cuisiner les hommes politiques !» 

L'acharnement mis à sa réussite professionnelle ­ admirablement accompagné au quotidien par ses parents, Alain et Monique ­ finit par payer. En plus de ses émissions, Adrien est contracté par le conseil régional de Haute-Normandie pour organiser un colloque sur la lutte contre les discriminations. Radio France, qui diffuse sur son site Web un passage au grill des candidats à la présidentielle en mars-avril 2007 sur le thème des quartiers populaires ( Pas de quartier ), lui demande de participer à l'émission. Il y rencontre tous les prétendants à l'Elysée (sauf Nicolas Sarkozy, qui boude l'émission) et se souvient que Dominique Voynet l'a «immédiatement tutoyé» ( «Ça m'a profondément agacé» ), que Ségolène Royal lui a tapoté l'épaule en fin d'émission en lui lançant, «Quel courage !» ( «C'est une réaction idiote mais gentille» ), ou que François Bayrou a répondu à ses questions en regardant un autre animateur ( «C'est mon père qui l'a remarqué» ).

Adrien Hervais ne leur en tient pas rigueur : «Toutes ces réactions montrent que les gens ont une relation bizarre avec le handicap. Soit ils en ont peur, soit ils l'abordent avec un côté charité chrétienne !» Totalement décomplexé quant à son état physique (il rigole franchement lorsque son père plaisante en affirmant que les grosses lunettes qu'il porte toujours «lui servent à entendre» ), il sait néanmoins qu'il reste vulnérable en raison de sa totale dépendance à ses parents. D'ailleurs, le visage s'assombrit et la voix se casse lorsqu'il évoque pudiquement leur âge et le temps qui passe : «La relation que j'ai avec mes parents n'est pas ordinaire, on marche à trois, on est complètement en symbiose. Je ne veux pas penser à l'avenir !»


Je vous invite a écouter ou télécharger les émissions d'Adrien Hervais sur : http://www.adrienhervais.com/
Repost 0
27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 13:17

Voici un lien vers l'émission radio ça n'engage que vous animée de "main de maitre" par Adrien Hervais à laquelle j'ai paricipé jeudi dernier.
Ce fut un moment fort sympatique où les différents intervenants Alexis Caille , Franck Dubois et Frédéric Lemaire (adjoint au Maire de Rouen) et moi même avons débattu sur différents thèmes que je vous invite à découvrire ci-dessous.
Vous pouvez écouter ou réécouter l'émission via internet en cliquant sur le lien ici


Ça n'engage que vous - Jeudi 20 décembre 2007

Débats sans concession
sur les sujets qui font l'actualité
- en direct

Intervenants :

-Alexis Caille, commercial;
-Franck Dubois, directeur de l'agence de communication "Le perroquet bleu";
-Frédéric Lemaire, adjoint au Maire de Rouen chargé du commerce et de l'artisanat, et directeur régional d'une agence de ressources humaines;
-Arnaud Mouillard, éducateur et blogueur.

Télécharger et écouter Ça n'engage que vous du 20 décembre ici 


Thèmes abordés :

-la venue en France du colonel Kadhafi et la politique étrangère de la France sous la présidence Sarkozy;
-le projet de loi sur le pouvoir d'achat et le rachat des RTT;
-l'"affaire" Bolufer (directeur de cabinet de la Ministre du logement Christine Boutin);
-l'idile Sarkozy-Bruni.



Repost 0
20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 07:00

J'ai l'honneur d'être invité Jeudi à partir de 18h10 à 19h dans l'émission Ça n'engage que vous animé par Adrien Hervais sur la radio HDR.
Pour écouter l'émission en livre rdv ici





Qui est Adrien Hervais ?


D'après l'article de Gérard THOMAS paru dans Libération



Personne polyhandicapé, Adrien Hervais anime sur HDR (station locale de Rouen) une émission politique aux coudées franches.

La radio des Hauts-de-Rouen (HDR) a pris ses quartiers dans l'ancienne gendarmerie de Châtelet, une banlieue populaire perchée sur les collines au nord de la capitale normande. Une porte blindée munie d'un oeilleton, un long couloir. A gauche, des cellules désaffectées, à droite, un petit studio d'enregistrement jouxté d'une salle de mixage. Comme tous les jeudis soirs, l'émission Objectif 2007 , consacrée depuis le début de l'année aux échéances électorales, est diffusée en direct par la radio associative.

Adrien Hervais est aux commandes pour cinquante minutes d'antenne. Cette semaine, il a réuni autour de lui quatre candidats aux législatives en Haute-Normandie, un UMP, un PS, une LCR et une Modem, pour un débat centré sur l'économie, la santé et l'emploi. Redoutable animateur, le journaliste lance le premier thème du jour, distribue la parole, remet les débatteurs dans les clous, en les coupant sans ménagement, ou les laisse s'enferrer dans d'implacables silences avant de venir à leur secours. La dette, la fiscalité, les emplois subventionnés, l'hôpital, la région... les sujets s'enchaînent à un rythme soutenu. Les mains calées sur son afficheur braille, Adrien lit le conducteur (plan de l'émission) et veille scrupuleusement au temps de parole des uns et des autres.
Victime d'une maladie orpheline qui lui a fait perdre la vue à l'âge de 4 ans et l'a cloué dans un fauteuil quatorze ans plus tard, Adrien Hervais, 26 ans, s'est «drogué à la radio» et «passionné pour la politique» dès son plus jeune âge. Il conçoit son état physique comme «un handicap concret» , omniprésent dans sa vie quotidienne et douloureusement souligné par certaines réflexions maladroites et blessantes. Lorsque, par exemple, à la fin de la classe de troisième dans un établissement spécialisé pour non-voyants, il décide de poursuivre sa scolarité dans un lycée «normal», sa prof d'histoire-géo lui affirme abruptement qu'il n'y «arrivera jamais» . Celle d'anglais y va de son couplet en lui expliquant que les langues sont désormais enseignées par des techniques audiovisuelles et qu'il se heurtera donc à d'insurmontables difficultés. Quand il trouve enfin un stage dans une radio du service public de Rouen, son «parrain» se désintéresse rapidement de lui avant de lui asséner qu'il possède une «voix trop nasillarde» pour la radio !
Rien n'y fait, le gaillard est têtu, sûr de lui, ambitieux et bien décidé à prouver qu'on «s'habitue à tout» . Il effectue de brillantes études secondaires puis accumule les réussites universitaires, engrangeant une maîtrise puis un DEA en droit public à l'université de Rouen ­ «sans jamais redoubler car je considère que c'est du temps perdu» . Durant toutes ces années, Adrien se sent accepté, respecté et aimé par «une bande de copains», avec qui il est resté en contact et dont les photographies ornent les murs de sa chambre ( «Je ne les vois pas mais ils sont là !» )
Mis en contact avec la rédaction de HDR par un ami de collège qui habite près de la radio, il rejoint, bénévolement, la station en 2001 pour y animer l'émission le Mix des assoces à l'occasion du 100e anniversaire de la loi de 1901. Il y affûte son goût pour l'animation. Fin 2002, il lance Dans l'actu, une émission de politique internationale. Puis, en 2004, Intolérance 0, consacrée à la mixité sociale et aux droits des minorités. «C'est véritablement en 2004, avec les élections cantonales, que j'ai commencé à me régaler à la radio , explique Adrien. J'avais enfin marié mes désirs de politique et de radio, et découvert que j'adorais cuisiner les hommes politiques !» 

L'acharnement mis à sa réussite professionnelle ­ admirablement accompagné au quotidien par ses parents, Alain et Monique ­ finit par payer. En plus de ses émissions, Adrien est contracté par le conseil régional de Haute-Normandie pour organiser un colloque sur la lutte contre les discriminations. Radio France, qui diffuse sur son site Web un passage au grill des candidats à la présidentielle en mars-avril 2007 sur le thème des quartiers populaires ( Pas de quartier ), lui demande de participer à l'émission. Il y rencontre tous les prétendants à l'Elysée (sauf Nicolas Sarkozy, qui boude l'émission) et se souvient que Dominique Voynet l'a «immédiatement tutoyé» ( «Ça m'a profondément agacé» ), que Ségolène Royal lui a tapoté l'épaule en fin d'émission en lui lançant, «Quel courage !» ( «C'est une réaction idiote mais gentille» ), ou que François Bayrou a répondu à ses questions en regardant un autre animateur ( «C'est mon père qui l'a remarqué» ).

Adrien Hervais ne leur en tient pas rigueur : «Toutes ces réactions montrent que les gens ont une relation bizarre avec le handicap. Soit ils en ont peur, soit ils l'abordent avec un côté charité chrétienne !» Totalement décomplexé quant à son état physique (il rigole franchement lorsque son père plaisante en affirmant que les grosses lunettes qu'il porte toujours «lui servent à entendre» ), il sait néanmoins qu'il reste vulnérable en raison de sa totale dépendance à ses parents. D'ailleurs, le visage s'assombrit et la voix se casse lorsqu'il évoque pudiquement leur âge et le temps qui passe : «La relation que j'ai avec mes parents n'est pas ordinaire, on marche à trois, on est complètement en symbiose. Je ne veux pas penser à l'avenir !»


Je vous invite a écouter ou télécharger les émissions d'Adrien Hervais sur : http://www.adrienhervais.com/
Repost 0
16 octobre 2006 1 16 /10 /octobre /2006 16:40

 
L'emission "J'ai Rendez vous avec vous" de Rachid Arhab à laquel j'ai participé ce dimanche 15 octobre à Caen dans un cadre vraiment très beau c'est très bien passé.

En effet, l'équipe était très sympa (mention spécial à Isabelle Frenay) tout comme Rachid Arhab, nous avons été mis à l'aise autour d’un café vers 11 h et avons débattu avant l'émission entre les différents participants.
De mon côté j’ai plus sympatisé notamment avec un prof de Philo UDF, un lycéen et une instit bientôt à la retraite.

Rachid nous a dit d’être nous même et que notre témoignage (trop court malheuresement) n'en serait que meilleur.
 
Merci encore à toute l'équipe pour leur gentillesse.
 
 
 
Voici l'argumentaire que j'avais préparé en vue de l'émission :

 
Les blogs sont des outils qui permettent d’approfondir l’actualité et ainsi d’avoir une vision différente de la politique. La vision des médias traditionnels est formatée. Auteur d’un blog d’actu, je suis davantage connecté aux blogs que branché à ma télé.
 
1/ J’ai crée mon blog il y a un  an. Grâce à cet outil, j’informe et je m’informe. Je me sens plus proche de la réalité en m’informant sur les blogs qu’en regardant la télévision…
Je passe environ deux heures par jour sur Internet. Je préfère avoir accès à une information détaillée sur le web plutôt que de regarder les journaux télévisés qui ne varie pas beaucoup les uns des autres. L’info est souvent incomplète et les sujets sont choisis parce qu’ils sont racoleurs et donc qu’ils font de l’audience. Sur des sujets juridiques par exemple, les sujets JT survolent alors que sur un blog d’un juriste par ex il est beaucoup plus facile de comprendre l’intégralité du sujet car il n’y a pas de raccourci. Moi sur mon blog, je choisis les sujets qui m’intéressent.
 
2/ Je fais du journalisme à mon niveau. « Je suis un citoyen reporter ». La liberté d’expression est encore plus libre sur les blogs que dans les médias traditionnels.
C’est vrai que quand j’entends des infos qui m’intéressent à la radio par exemple, je cherche à les récupérer et à les creuser. Je fais des recherches…mais je ne me contente pas de récupérer des faits…je fais aussi du terrain et du contenu..par exemple : rédaction d’articles, compte rendu de match de foot..., mais je peux également donner mon avis et parfois même faire du polémique (mariage homosexuel).
J’ai fait aussi un article sur ma formation d’éducateur, expliquer le parcours pour y arriver et en fait je me suis aperçu que j’ai pu aider des personnes qui veulent faire ce métier et même peut être suscité des vocations.
La liberté d’expression est encore plus grande sur les blogs et le web en général que dans les médias traditionnels. On sent bien que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire dans les médias (pressions de Sarko par rapport à la sortie du livre sur Cécilia, émission sur Bernadette Chirac censuré...)
 
3/ Avec mon blog, je souhaite faire réagir les gens. Je communique mes idées politiques. Le débat citoyen sur le blog se développe. Ca peut peut-être réduire l’abstention.
L’avantage avec le blog c’est qu’on peut publier ce que l’on veut quand on veut…l’info n’est pas coupée, montée ! Quand on veut faire un blog sérieux, il faut l’alimenter régulièrement et suivre l’actu…Il faut recouper les infos notamment avec les sites internet des quotidiens.
Avec la possibilité de mettre des photos, des vidéos, du son, des articles assez court ... le blog devient un support ludique et peut influencer notamment les jeunes qui n’ont pas trop d’opinion. C’est tellement plus simple que d’entendre les discours des politiques.
Le blog va peut-être limiter le phénomène d’abstention car les gens se réveillent.
Les Blogs dans la mesure où il ne se censure pas et ne sont ainsi pas soumis à la "loi" des médias sont le reflet de l'opinion publique et un vrai moyen d'expression et d'échange totalement libre et pas formaté.


Vidéo de l'émission sur : http://rendez-vous-avec-vous.france2.fr/?date=2006/10/15&id_article=72

Coulisses de l'émission sur : http://blog.france2.fr/rendez-vous-avec-vous/index.php/2006/10/09/39573-les-coulisses-de-lemission-du-15-octobre-en-video
Repost 0
14 octobre 2006 6 14 /10 /octobre /2006 06:34


Je vais participer à l'émission de Rachid Arhab "J'ai rendez-vous avez vous" qui s'arrête en Normandie à Caen le dimanche 15 octobre.

Le thème de l'émission : "le rôle des médias dans la campagne présidentielle".

Il y sera aussi question de l'outil Blog et d'Internet, notamment sur le fait que les hommes politiques l'utilisent.

Emission à laquelle je vais participer pour la seconde fois après celle du 23 avril 2006 sur le thème de la hausse du prix de l’essence (voir http://hern.over-blog.com/article-2497882.html ; http://hern.over-blog.com/article-2536741.html ), celle-ci aura lieu après le journal de 13 h sur France 2 le dimanche 15 octobre.


N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !


Repost 0
25 avril 2006 2 25 /04 /avril /2006 08:44

L'emission "J'ai Rendez vous avec vous" de Rachid Arhab à laquel j'ai participé Dimanche dernier c'est très bien passé.

En effet, l'équipe était très sympa tout comme Rachid Arhab (tout juste distingué de la Légion d'Honneur), nous avons été mis à l'aise et avons débattu avant l'émission entre participants.

Tout a été fait de façon à ce que nos témoignage soit le plus naturel possible, c'est d'ailleur ce que nous à dit M.Arhab qui nous demandait d'être nous même.

L'émission est passé très vite, mais ce fut une bonne expérience pour moi, j'éspère y participer de nouveau.

En tout cas, je ne regrette pas de m'être levé à 7 h du matin un Dimanche.


Voici mon argumentaire complet que j'avais préparé en vue de l'émission :


1/ Une hausse des prix du carburant qui touche de plein fouet les petits budgets !


*- Je ne trouve pas normal de devoir toujours payer plus chère l’essence. Je dépense environ 30 euros par semaine uniquement dans l’essence : personnellement, je fais environs 70 kms aller retour par jour pour me rendre à mon travail, une hausse des prix de 10% par exemple pour 2 pleins et cela uniquement pour me rendre à mon travail me fait perdre 8 à 10 euros par mois soit plus d’une centaine d’euros par an, quand on a un gros salaire ça va, mais lorsqu’on touche le SMIC ou bien un petit salaire cela se ressent dans le budget.

Quand je vois des personnes qui font plus de 100 kms A/R par jour pour aller travailler, je me dis que j’ai de la chance par rapport à eux.
Quand on gagne 1000€/mois, qu'on en est à compter à 10€  près pour boucler son budget, et que l'Etat vous retire le peu qu'il vous reste parce que vous allez bosser c’est forcement difficile.
De plus, ce que je dépense dans l’essence, je ne le dépense pas ailleurs et ainsi consomme moins, ce qui ne peut qu’être néfaste à la croissance.

 

2/ Des français qui sont des « vaches à lait » face à un gouvernement qui ne veut pas se donner les moyens de baisser les prix du carburant !

 
*- Alors que l’explosion du prix du pétrole prend une part de plus en plus importante dans le budget des ménages, le gouvernement via Thierry Breton se refuse à un imposer un prélèvement sur les profits des sociétés pétrolières qui serait modulables en fonction des prix de vente du fioul et de l’essence.
Avec des profits démesurés comme ceux de Total, en 2005 (essentiellement basés sur l’envolée du prix du pétrole) avec 12 milliards d’euros de bénéfice, je trouve indécent et je pèse mes mots, que seuls les actionnaires en profitent et cela via notre porte monnaie.

*- Ce sont notamment le premier ministre et le ministre de l’économie qui ont les moyens et le devoir de faire baisser les prix de l’essence. J’espère d’ailleurs que M Breton va réunir à nouveau les opérateurs pétroliers à Bercy pour exiger que les prix baissent.

N’oublions pas non plus que l’essence est taxée à 74% et le gazole à 67 % du prix du carburant est composé de prélèvement fiscaux.



3/ Une hausse des prix du carburant douloureuse mais peut-être utile pour réfléchir aux graves problèmes que l’utilisation de celle-ci engendre…

 
…comme la Pollution ! Le problème venant de l’offre de pétrole (dépendant du prix de vente), faire baisser la demande fera baisser le prix du pétrole…ce qui est possible en proposant par exemple des solutions alternatives comme les biocarburants afin de maintenir l’essence à un prix raisonnable ! Il faut aussi penser aux effets dévastateurs que la pollution engendre sur notre environnement ce dont à quoi l’utilisation de biocarburants ne peut-être que bénéfique et même nécessaire.

Repost 0

A propos de l'auteur

Arnaud MOUILLARD

 

Educateur Spécialisé près de Rouen.

 

Ancien jeune correspondant au journal l'Humanité.

 

Blogueur membre du collectif de blogueur de gauche #LeftBlogs.

 

J'ai soutenu la Motion "A Gauche pour Gagner !" à l'occasion du dernier congrès du Parti socialiste.

 

Secrétaire de la section PS de Pavilly.

 

RDV sur mon nouveau Blog : http://arnaudmouillard.fr

 

contact : hern276@yahoo.fr