Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 14:08
Laurent Fabius a rendu publique le texte d'une proposition de loi "relative au droit de finir sa vie dans la dignité" instaurant "une aide active à mourrir" sous assistance médicale et étroitement encadrée.

Le texte de cette proposition de loi a été rédigé par un groupe de travail mis en place à la demande de l'ancien premier ministre après la mort de Vincent Humbert.
Ce texte qui se veut selon les proches du député PS de Seine-Maritime "une contribution au débat et au travail parlementaire à venir, nécessaire pour humaniser notre droit" vise, selon l'exposé des motifs, "à autoriser, préciser et conditionner le droit de finir sa vie sans déchéance et dans le libre consentement pour les personnes frappés d'extrêmes maladies ou les patients que la médecine a maintenus artificiellement en vie".

L'article 1 déclare : "Toute personne majeure, en phase avancée ou terminale d'une affectation reconnue grave et incurable, infligeant une souffrance physique ou psychique constaté, insupportable et ne pouvant être apaisée, peut demander à bénéficier, dans les conditions strictes" énumérés aux autres articles, "d'une assistance médicalisée pour mourir dans la dignité".

Dans ce cas très précis, la personne concernée peut demander "à son médecin traitant le bénéfice d'une aide active à mourir" et "celui-ci doit saisir sans délai au moins quatre praticiens dont un médecin indépendant spécialiste de la pathologie du patient, un médecin hospitalier indépendant, un médecin légiste et un psychologue".

Le texte prévoit également la création d'une Commission nationale de contrôle des pratiques relatives au droit de finir sa vie dans la dignité, au sein des ministères de la Justice et de la Santé, et précise que les médecins ne sont "pas tenus d'apporter leur concours" à cette "aide active à mourir".
S'ils refusent, ils doivent "orienter immédiatement le patient vers un autre praticien".


Texte de la proposition de loi à consulter ici : http://www.laurent-fabius.net/



Partager cet article
Repost0
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 07:30
 

Ségolène Royal est de retour. Meetings, interventions télévisées : planning chargé pour celle qui entend mener la bataille des législatives comme elle a mené celle de la présidentielle. En position de leader.

 

Point presse du 30 mai : Benoît Hamon

Le député européen PS, Benoît Hamon est revenu lors du point presse quotidien de campagne sur l'annonce par Nicolas Sarkozy d'une déduction fiscale pour les emprunts immobiliers en cours en vue de l'achat d'une résidence principale, lors de son discours au Havre, le 29 mai : "une nouvelle démonstration de la politique inégalitaire du gouvernement". Benoît Hamon a, par ailleurs, commenté la situation de Lagardère, actionnaire du groupe EADS, soupçonné de délit d'initié.

 

Point presse du 28 mai : Bruno Le Roux

Bruno Le Roux, député et secrétaire national du PS aux élections, animait le point presse de campagne du 28 mai. Il est revenu sur ce jour de Pentecote "inefficace économiquement", sur la franchise santé et sur le déroulement des deux semaines de campagne restantes.
Partager cet article
Repost0
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 09:00
 


Retour sur la triste soirée du 6 mai 2007, sur TF1 après la victoire de Sarkozy et alors que Laurent Fabius parle tout d'un coup c'est du : Excusez nous Laurent Fabius vous êtes bien gentil avec votre pouvoir d’achat et votre protection sociale, mais Johnny Hallyday sort du Fouquet’s...

Analyse vraiment intéressante de Sébastien Boher dans l'émission Arrêt sur Image sur France 5.
Partager cet article
Repost0
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 07:42
Article de Ludovic Charpentier (militant PS)




Candidate désignée trop tardivement, ligne idéologique floue, manque de renouvellement, le PS avait cumulé trop de handicaps face à la machine Sarkozy.





1/ Une candidature trop tardive


Ce fut l’un des gros reproches fait à l’opposition durant ces cinq dernières années : qui en est le candidat légitime pour la présidentielle, pour contrer Sarkozy, qui avait annoncé ses
intentions de très bonne heure ? Le PS a longtemps traîné, plusieurs noms sont sortis : DSK, Fabius, Hollande, mais aussi Delanoë, Lang, Aubry, voire Kouchner... "Il y a plus de
candidats que de militants !", ironiseront Les Guignols. Sans parler de l’éternel retour annoncé de Jospin. Le large succès aux régionales de 2004 n’a fait qu’amplifier les tensions entre
rivaux, ce succès ayant semblé ouvrir une voie royale pour l’Elysée, surtout qu’aucun des favoris précités n’a souhaité s’engager dans la bataille régionale. Une erreur, vu que Ségolène Royal,
candidate finalement désignée à la surprise des pronostiqueurs (et notamment d’Alain Duhamel, qui avait oublié de la citer dans un livre consacré aux candidats...), a justement su construire sa
notoriété sur sa présidence de région, remportée largement sur les terres du Premier ministre de l’époque, Jean-Pierre Raffarin. Mais la désignation fut trop tardive pour créer une vraie
dynamique de campagne. Ségolène Royal a affronté les mêmes rivalités internes que Nicolas Sarkozy, les mêmes attaques de l’opposition que Nicolas Sarkozy, mais connaîtra aussi les mêmes
affluences en meetings que Nicolas Sarkozy. Simplement, il lui aura manqué le temps qu’a eu son adversaire pour s’imposer en patron de son mouvement, malgré le fait que lui non plus n’ait pas
été consensuel dans sa famille politique.



2/ Un flou idéologique certain



Jusqu’au bout, Hollande aura tenté de concilier (et surtout de ménager) les carpes et les lapins. "Le candidat, c’est le projet !" n’aura-t-il cessé de marteler. Ironie du sort : la
candidate désignée par les militants sera celle qui aura le plus su se démarquer des limites du projet socialiste. Preuve que (et l’élection de Nicolas Sarkozy le confirme), la présidentielle
est plus la rencontre d’un homme (ou d’une femme) et du peuple, qu’une logique de parti et de projet. Le PS semblait pourtant avoir adopté une voie sociale-démocrate avec succès en 2004 :
majoritaire aux régionales face à une extrême gauche affaiblie, puis de nouveau vainqueur aux européennes avec un alignement clair sur la ligne du PSE (Parti socialiste européen, regroupant le
PSOE de Zapatero, le Labour Party de Blair, le SPD de Schröder, etc.). Pour revenir sur la désignation du candidat, le PS a probablement eu tort de ne pas solver la question dans la foulée de
ces succès électoraux. Une désignation à cette date aurait évité le référendum interne sur le TCE, puis les tensions liées au rejet de celui-ci, nécessitant une redéfinition idéologique qui n’a
finalement pas eu lieu, le PS ayant choisi d’adopter un consensus entre motions réformistes et progressistes, plutôt que de trancher clairement dans une direction.



3/ Un manque de renouvellement



Sarkozy a aussi réussi à renouveler l’équipe de l’UMP, ce que le PS n’a pas su (voulu ?) faire. Un exemple fut flagrant dans la soirée de dimanche soir, où Laurent Wauquiez, Ramat Yade, et
Rachida Dati étaient assis en face de Jean-Pierre Chevénement, Claude Bartolone, et Jean-Louis Bianco. D’un côté, une UMP black-blanc-beur, et jeune. De l’autre, le crépuscule des vieux... Il
est clair que le PS peut sérieusement se poser des questions, à l’approche de législatives où si le PS présente plus de femmes (50% contre 30% pour l’UMP), il ne les présente pas forcément sur
des circonscriptions plus gagnables (l’exemple de l’Isère est assez édifiant : les trois femmes investies par un bureau fédéral pourtant largement ségoliste se trouvent sur les trois
circonscriptions où la droite enregistre ses plus forts scores...). Et que dire des minorités visibles ? Malek Boutih, Kader Arif, Sofia Otokoré et Harlem Désir sont devenus invisibles
alors qu’ils appartiennent à la direction du PS. Seule Najat Belkacem a réussi à émerger dans l’organigramme de la candidate (représentant à la fois jeunesse et génération issue de
l’immigration), ainsi que Christiane Taubira, députée de Guyane (département d’outre-mer qui a, malgré ce soutien, largement voté pour Sarkozy).



Que faire, maintenant ?



Il importe comme première priorité de se battre pour les législatives, pas pour les gagner (peu probable, et de toutes façons la cohabitation n’est pas souhaitable), mais pour essayer de faire
entrer de nouveaux visages à l’Assemblée nationale (et si éventuellement quelques anciens pouvaient en sortir, cela permettrait un certain rafraîchissement...), quitte à soutenir quelques
candidatures du Mouvement démocrate là où le PS n’a aucune chance de l’emporter... Et après le PS ne pourra plus se permettre de gâcher cinq années de tourments idéologiques ou de choix de
candidat. L’idéal serait de désigner un nouveau leader pour mener une vraie révolution idéologique. Quitte à aller à la scission, que Hollande a voulu (à tort, à mon humble avis) éviter à tout
prix. L’excellent score de Bayrou au premier tour (conjugué à l’effondrement des partis extrêmes) prouve qu’il y a un espace de centre-gauche, autour d’un réel parti social-démocrate (Bayrou et
DSK vont finir par se croiser à force d’évoluer l’un vers la gauche, l’autre vers le centre...). Et les progressistes (Mélenchon, Emmanuelli...) pourraient tout à fait se retrouver sur un parti
plus à gauche, avec les restes du PCF, pour fonder un parti représentant (enfin !) le "non" de gauche au TCE. A l’image de l’exemple allemand, où Schröder a dirigé le SPD, de
centre-gauche, pendant que son ancien associé Oskar Lafontaine formait, avec les anciens communistes, le Linkspartei. Rien n’empêche des collaborations entre gauches au niveau des collectivités
locales, comme c’est toujours le cas dans de nombreuses municipalités, plus de la moitié des conseils généraux, et 20 régions sur 22... Mais pour la présidentielle, on ne peut plus se permettre
de flou idéologique autour du (ou de la) candidat(e) désigné(e) - et cette fois-ci, le plus tôt sera le mieux...




Partager cet article
Repost0
11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 18:21
La candidate socialiste a exposé son programme, ce dimanche, à Villepinte, devant plus de 20 000 militants socialistes.

De Laurent Fabius à Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, et Dominique Strauss-Kahn : tout le Parti socialiste était réuni pour le meeting de Ségolène Royal. Christiane Taubira et de Jean-Pierre Chevènement étaient aussi de la partie ainsi que de nombreuses personnalités comme les comédiens Lambert Wilson, Sylvie Testud, Charles Berling, la metteur en scène Ariane Mnouchkine, l'agent Dominique Besnéhard et le rappeur Diziz Lapeste, notamment qui étaient également venus soutenir la candidate socialiste.
« Je suis heureuse de voir toute la famille de gauche rassemblée », s'est-elle félicité.


Dans un
discours  de presque deux heures,  Ségolène Royal a exposé les cent mesures qui constituent le socle de son programme. « Je vous ai entendus », a-t-elle lancé, au cours de cette longue déclaration émaillée de citations extraites des débats participatifs. Elle a également rendu hommage à certaines associations, comme ATD Quart-Monde, AC le Feu, Médecins sans frontières et Médecins du Monde et, si elle n'a pas cité Jaurès ou Blum à l'instar de Nicolas Sarkozy, elle a fait référence à André Malraux et à Fernand Braudel. Travail, rôle des entreprises, de l'éducation, enjeux sociaux et environnementaux, réformes institutionnelles, handicap, sécurité, politique européenne et co-développement : émue et déterminée, Ségolène Royal a fait connaître ses projets dans tous les domaines. « Vous êtes venus très très nombreux, vous me donnez un formidable courage et du courage, il en faut », a conclu la candidate, après un oral plus que réussi.


Voici  quelques-unes des principales mesures proposées par la candidate du PS :


Sur l'entrée des jeunes dans la vie active :

-Ouvrir 500 000 emplois tremplins aux jeunes.
-Instaurer un plan à taux zéro de 10 000 euros en faveur de chaque jeune pour l'aider à construire un projet.


Sur l'éducation :

-Scolarisation obligatoire dès 3 ans.
-Organiser le soutien scolaire gratuit pour tous les élèves grâce à des répétiteurs.
-Réviser la carte scolaire pour supprimer les ghettos scolaires et renforcer les réseaux d'éducation prioritaire.
-Implanter des classes préparatoires aux grandes écoles dans les quartiers qui en sont dépourvus.
-En 5 ans, la dépense par étudiant sera portée au même niveau que la moyenne des pays de l'OCDE.
-Inscrire l'éducation artistique et la pratique artistique à tous les niveaux, de la maternelle à l'université.


Sur la recherche et la sécurité sociale :

-Créer des dispensaires dans les zones rurales.
-Mettre en œuvre une carte santé jeune 16/25 ans ouvrant droit à la gratuité d'une consultation par semestre.
-Réaffirmer le droit à la CMU et sanctionner le refus des soins.
-Rétablir les moyens supprimés par la droite pour les soins aux étrangers en situation irrégulières.


Sur les retraites :

Ouvrir avec les partenaires sociaux la négociation portant sur :

-la fixation d'un minimum de pension garantie s'approchant du Smic.
-la revalorisation des petites retraites.
-l'augmentation de l'emploi des séniors.
-le mode de financement des régimes spéciaux.



Site de Ségolène Royal : http://www.desirsdavenir.org/


Partager cet article
Repost0
27 janvier 2007 6 27 /01 /janvier /2007 16:03



La commission nationale des conflits du Parti socialiste a décidé d'exclure définitivement Le président de la région langedoc-Roussillion, Georges Frêche, suite à ses dérapages verbaux.


Le 14 novembre 2006, M. Frêche, avait, devant le conseil de l'agglomération de Montpellier, regrétté que l'équipe de France de football compte "neuf blacks sur onze" joueurs alors que, selon lui, "la normalité serait qu'il y en ait trois ou quatre" ( voir ici ).

Suite à ces propos, la commission nationale a "entendu les arguments de la direction du parti et également les défenseurs de Georges Frêche", et a jugé que ces déclarations "ne sont pas compatibles avec les valeurs d'égalité et de respect des droits humains qui sont depuis toujours les engagements du Parti socialiste", selon le communiqué.

La commission a ainsi décidé "à l'unanimité de ses membres l'exclusion définitive" de Georges Frêche.

Ségolène Royal avait déja demandé cette sanction avant la commission.


M. Frêche a par ailleurs été condamné à 15.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Montpellier pour avoir traité en février 2006 des Harkis de "sous-hommes" ( voir ici ).
Le PS l'avait de son côté exclu pour deux ans de ses instances dirigeantes pour cette déclaration.


De son côté M. Frêche s'etait dit victime d'un "procès stalinien" de la part de son parti, et avait appelé Mme Royal à faire preuve de "plus d'intelligence politique" et à ne pas "faire le jeu" de Nicolas Sarkozy.

 

Articles précedents sur Georges Frêche :
http://hern.over-blog.com/article-1870554.html & http://hern.over-blog.com/article-4635861.html


Partager cet article
Repost0
22 novembre 2006 3 22 /11 /novembre /2006 09:58

Georges Freche s'explique
envoyé par hopto


En février dernier j’avais déjà réagis sur les propos que Georges Frêche, le Président PS de la région Languedoc-Roussillon avait eu sur les Harkis (voir : http://hern.over-blog.com/article-1870554.html et http://libresechanges.humanite.fr/article.php3?id_article=581 ), aujourd’hui je ne peut que condamner ce que ce Monsieur a dit au sujet des joueurs de l’équipe de France de Football :

Au PS, devant le bureau national, François Hollande a proposer une nouvelle saisine de la commission des conflits. Prenant la parole, Harlem Désir, Henri Emmanuelli, Jean Glavany et Claude Bartolone ont obtenu que ladite commission se penche sur l'exclusion de Georges Frêche.

J’espère que ce Monsieur se fera exclure du PS car ces propos sont intolérable.

Avec M.Frêche, le PS a son Christian Vanneste.


Partager cet article
Repost0
19 novembre 2006 7 19 /11 /novembre /2006 10:17

Ségolène Royal a donc été investie à la Présidentielle par les militants socialistes à une large majorité avec 60,65 % des suffrages contre 20,69 % pour Dominique Strauss-Kahn et 18,66 % pour Laurent Fabius.

La Présidente de la région Poitou-Charente n’est donc pas qu’un effet de mode et a été massivement désigné par les militants PS.

Accompagnée et soutenue des personnes d’expériences comme notamment Jean-Marc Ayrault, deputé-maire de Nantes et président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale, Jack Lang, l’ancien ministre de la culture et de l’éducation National ou du "plus jeune" Arnaud Montebourg, député de Saône et Loire qui se situe plutôt à la gauche du PS, la désormais candidate du PS à l’élection Présidentielle de 2007 va maintenant entrer en campagne.

Si j’avais été militant PS j’aurais voté pour Laurent Fabius car il me semblait notamment être le candidat le plus expérimenté et aussi le plus à gauche des trois prétendants.

Personnellement, je ne suis pas "fan" de Madame Royal, je crains que celle-ci fasse de la surenchère vis-à-vis de la délinquance et de la sécurité avec le Président de l’UMP alors que selon moi les sujets les plus importants sont la lutte contre les précarités, le chômage, les délocalisations, les manques de moyen dans les hôpitaux ainsi qu'auprès des personnes âgées et handicapées, les questions environnementales, la négociation d’un nouveau Traité Constitutionnelle Européen…

 

L’élection Présidentielle de 2007 va selon moi se jouer sur un vote pour ou contre Sarkozy et j'espère que Madame Royal, à qui j'accorderai ma voix (si elle est présente au second tour de la Présidentielle) saura faire des propositions concrètes et réalisables sur les sujets qui me semblent les plus importants.

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2006 3 08 /11 /novembre /2006 09:21



Par Marie-Françoise ROSET membre du PS sur le site :
http://militantspourdsk.over-blog.com/



Pourquoi
Dominique Strauss-Kahn serait le meilleur candidat du PS pour la Présidentielle de 2007 ?

 

Je soutiens Dominique Strauss-Kahn car il a depuis longtemps manifesté son intérêt pour les grandes questions de société auxquelles il entend donner une réponse politique volontariste.

Sur l’évolution de la famille, sur le défi majeur que constitue l’allongement de la durée de la vie, sur le quotidien des personnes en situation de handicap, sur les droits des homosexuels, Dominique Strauss-Kahn avance des propositions novatrices :

-          C’est dans cette logique qu’il souhaite concentrer les aides vers les familles les plus défavorisées et promouvoir un service public de la petite enfance, par la généralisation d’un système de crèches et de garde d’enfants sur l’ensemble du territoire.

-          C’est l’émergence dans notre société d’un « quatrième âge » qui l’amène à redéfinir la politique sanitaire et sociale.

-          C’est la situation des personnes handicapées qui l’incite à proposer une politique globale fondée sur leur accessibilité, leur accès à l’emploi et tout simplement leur place dans la société.

-          Il se prononce clairement pour le mariage des couples homosexuels et leur droit à l’adoption.

Sur toutes ces questions concernant notre avenir et notre conception du « vivre ensemble », Dominique Strauss-Kahn réaffirme sa volonté politique et sa parfaite compréhension des défis de la société du XXIème siècle. Je compte sur la force de conviction et de persuasion de Dominique Strauss-Kahn pour expliquer aux Français que ces réformes s’inscrivent dans la tradition républicaine de lutte contre les discriminations et de promotion de l’égalité des droits, pour un socialisme de l’émancipation et pour une société moderne ouverte et tolérante.

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2006 3 08 /11 /novembre /2006 08:09



Par Adrien Dassance membre du PS - http://adrien-dassance.over-blog.com

Pourquoi Laurent Fabius serait le meilleur candidat du PS pour la Présidentielle de 2007 ?

A mon avis, nos concitoyens ne laisseront pas le PS enterrer la question référendaire sur le TCE, et voteront en fonction. Quoi qu'en disent certains "ouistes", le "non" est majoritaire à gauche. C'est peut-être la seule raison de mon "soutien" à Fabius, et voici pourquoi :

Si les socialistes veulent obtenir la confiance de leurs concitoyens, et s'ils veulent la mériter, leur candidat aux présidentielles doit être de préférence un "noniste", car c'est un excellent gage que l'esprit du vote au référendum sera respecté. Mais pourquoi plus particulièrement Fabius ?

Face à une "motion 1" divisée, en se rassemblant les "nonistes" ont toutes leurs chances de réussir à placer un candidat au deuxième tour interne. Ce rapprochement peut être facilité par la présence d'antilibéraux certains dans l'entourage de Fabius : Mélenchon, Lienemann, ou encore Vidalies. Par ailleurs, pour reprendre l'expression de Libération, Chevènement a "des faiblesses" pour Fabius et pourrait le soutenir s'il est candidat.

Mais il ne s'agit pas de rassembler les "nonistes" seulement : c'est toute la gauche qu'il faut unir face à Sarkozy, y compris celle qui croit au "oui de combat". Or Fabius, plus que tout autre, a également un pied dans cette partie-là de la gauche, de sorte qu'il peut être plus apte à la fédérer - à la fois au sein du PS et dans les autres partis. Pour la même raison, c'est aussi le plus à même de porter un projet issu notamment de la synthèse du Mans.

Ainsi, il me semble que RAG comporte des "boutures" radicales, et d'autres plus modérées, qui font potentiellement de Fabius le meilleur candidat de la gauche. Reste à lui de le devenir en actes.

Restent à dissiper des accusations telles que "Fabius le traître", "Fabius l'opportuniste" ou encore "Fabius le libéral". Traître ? La question du TCE était si grave que, uniquement sur ce sujet, il était impensable de respecter la "discipline de parti" contre sa conscience. Opportuniste ? Fabius a choisi le "non" lorsque celui-ci était au plus bas dans les sondages, et y a perdu son siège de n°2 du PS... Quant au libéralisme, l'on reconnaît à tous le droit de changer d'avis, alors pourquoi le refuser à Fabius ?

Site de Laurent Fabius : http://www.laurent-fabius.net/

Blog soutenant Laurent Fabius : http://fabiusonline.over-blog.com/

Portrait de Laurent Fabius : http://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Fabius

Partager cet article
Repost0

A propos de l'auteur

Arnaud MOUILLARD

 

Educateur Spécialisé.

 

Ancien jeune correspondant au journal l'Humanité.

 

Blogueur membre du collectif de blogueur de gauche #LeftBlogs.

 

RDV sur mon nouveau Blog : http://arnaudmouillard.fr

 

contact : hern276@yahoo.fr