Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 20:39

http://www.grioo.com/images/rubriques/11/16331.jpg

 

Rama Yade, écartée du gouvernement lors du remaniement du mois dernier, a annoncé sa décision de rejoindre le Parti radical de Jean-Louis Borloo dans le Parisien.

L'ancienne secrétaire d'État chargée des Affaires étrangères et des Droits de l'homme de 2007 à 2009, puis secrétaire d'État chargée des Sports jusqu'en 2010 espérait une mission sur la cohésion sociale dans son parti.

N'ayant pas obtenu de réponse satisfaisante du nouveau secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé sur son rôle au sein du parti, elle a décidé de rejoindre le Parti radical, présidé par l'ancien ministre de l'Ecologie.

Pour rappel Rama Yade est toujours membre de l'UMP et dit rester "sarkozyste" .

Mais au faite qu'à t-elle fait au gouvernement ? 

 

source : http://www.leparisien.fr

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 13:28

http://storage.canalblog.com/32/57/405908/59787212_p.jpg

Dessin de Bar

 

Hier après-midi, Brice Hortefeux, le ministre de l’Intérieur estimait qu'il n'y avait pas de "pagaille sur les routes" mais des "complications". En dévoilant le dispositif de renfort policier destiné à secourir les automobilistes, il annonçait un "retour rapide à la normale"…

 

Voici quelques réactions trouvés sur Twitter :

 

"La neige, quand il y a 1 cm ça va, c'est quand il y en a plusieurs qu'il y a des problèmes".

 

Hortefeux déploie des effectifs supplémentaire pour lutter contre la neige, il veut expulser les flocons ?

 

Nous vivons dans un pays magnifique, Hortefeux à expulsé la neige. Le soleil brille, vivez tranquille !

 

 

Alors, pagaille ou pas ? Le ministre s'est expliqué ce matin sur France Info, expliquant qu'au moment où il s'est exprimé, "vers 16h40", il n'y avait "pas de pagaille". C'est ensuite que ça s'est gâté, selon lui. C'est la faute à la météo.

 

 

Pas de pagaille à 16h40 ... Il se base sur quoi ? Il était sur les routes ?





Partager cet article

Repost0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 12:00

Droite populaire, ce mot magique. Le député UMP du Var Lionnel Luca, un des héros de ce collectif de l’UMP, déjà auteur du mémorable «Les roms, une sale race? Il a le droit de le penser» a également un blog, merveille des possibles ouverts par l’Internet mondial.

Et sur celui-ci, il se fend d’un billet magnifique, baptisé «Orchestre rose», dans lequel il dénonce le «harcèlement systématique que subit le Président de la République» de la part de l’opposition.

La conclusion touche au sublime:

Comparer l’opposition aux nazis, voilà qui en plus d’être irresponsable est bien douteux, bien «Droite populaire».

Après la comparaison des Jeunes populaires aux résistants de 1940, et les diverses leçons d’Histoire mal digérée administrées au moment de l’affaire Bettencourt, voilà encore un propos qui démontre à quel point l’éducation est un chantier prioritaire.

 

source : http://bonjourladroite.tumblr.com

 

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 12:00


Benjamin Lancar, le patron des jeunes populaires (UMP) est un habitué des paroles choques (éloge de Pierre Laval , comparaison des jeunes UMP à Guy Mocquet ...) celui-ci à récemment comparé cette réforme des retraites à l'abolition de la peine de mort !

 

 

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 12:00

http://www.lepoint.fr/images/2010/11/24/206084-1993hortefeux-une-jpg_99382.jpg

 

Amine Bénalia-Brouch, rendu célèbre pour les propos controversés du ministre de l'Intérieur, raconte dans un livre comment plusieurs personnalités de l'UMP ont tenté de le manipuler.

«Écrire ce livre, c'est une façon de m'excuser», justifie le jeune homme. Amine Bénalia-Brouch, rendu célèbre malgré lui suite à une blague jugée raciste de Brice Hortefeux «Quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a plusieurs qu'il y a des problèmes», a bien changé. Après avoir affiché un soutien sans failles au ministre de l'Intérieur avant de se retirer de l'UMP, il dénonce, dans un livre intitulé Confessions d'un sarkozyste repenti*, les pressions qu'il a subies de la part de certains membres de l'UMP.

«J'ai toujours pensé que cette phrase était raciste», assure-t-il ainsi mercredi dans les colonnes du Parisien. Au moment de la mise en ligne, sur Internet, de la vidéo du ministre (voir la vidéo), Amine se souvient avoir paniqué. «L'une des responsables de la fédération UMP des Landes m'a alors dicté un communiqué à leur [les journalistes, ndlr] lire. 'Tu vas leur expliquer que les propos sont sortis de leur contexte. Qu'on parlait des Auvergnats'», se souvient le jeune homme.

 

Amine attend toujours des excuses

 

Mais la polémique ne s'essouffle pas. Le jeune militant UMP enregistre alors une vidéo qu'il diffuse à son tour sur la toile. «C'est Edouard Courtial qui me l'a demandé», assure-t-il. «Il faut que les gens t'entendent et te voient dédouaner le ministre», lui aurait demandé le secrétaire national à l'UMP chargé des fédérations, connu pour être un proche de Brice Hortefeux. Il rédige lui même son texte, qui est ensuite corrigé et validé par le député lui-même. «Après l'enregistrement, j'étais incapable de regarder le résultat. J'avais trop honte».

Toujours dans le cadre de cette affaire, Amine est reçu à deux reprises par Brice Hortefeux. Et la seconde fois se déroule à seulement un mois de l'ouverture du procès du ministre. «Moins il y aura de déclarations, mieux ce sera», lui aurait dit le ministre. «Je lui réponds qu'il a peu de chances d'être condamné. Sa réponse m'a scotché : 'Vous savez, là où il y a justice, il y a danger». En juin dernier, le couperet tombe : le ministre est condamné pour injure raciale à une amende de 750 euros. Il a depuis fait appel de cette décision, et l'affaire devrait être rejugée le 15 décembre prochain.

Plus d'un an après les faits, l'ancien militant (il a quitté le parti en août dernier, ndlr) n'attend qu'une chose : des excuses de la part du ministre. «Pour moi et pour ceux qui se sont sentis blessés», explique-t-il au Parisien. Pour autant, le jeune homme souhaite toujours avoir un engagement politique. «Je pense rejoindre le mouvement de Dominique de Villepin et, pourquoi pas, me présenter un jour à une élection».

 

Est-ce qu'un ministre condamné pour injure raciale peut rester au gouvernement ?

Pour moi c'est clairement non.

Ainsi, si Brice Hortefeux est condamné en appel pour injure raciale il doit démissionner.

 

 

*Confessions d'un sarkozyste repenti, d'Amine Bénalia-Brouch, éditions Jean-Claude Gawsewitch. 209 pages, 17,90 €.

 

source : http://www.lefigaro.fr

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 11:44

Marie-Anne Montchamp applaudi Villepin le 19 juin dernier au lancement de République Solidaire

Marie-Anne Montchamp applaudi Villepin le 19 juin dernier au lancement de République Solidaire - © RichardTrois


C'est peut être un détail pour vous mais cela veut dire beaucoup...

Nicolas Sarkozy a nommé dimanche soir Marie-Anne Montchamp au sein du gouvernement. Il fait ainsi un beau cadeau d'anniversaire à Dominique de Villepin qui fête aujourd'hui ses 57 ans.

En effet, Marie-Anne Montchamp, deputée du Val-de-Marne, est surtout porte-parole de République Solidaire. Le parti politique fondé, avec elle, par Dominique de Villepin, le 19 juin dernier. Marie-Anne Montchamp était d'ailleurs chargée de créer un groupe autonome de l'UMP, regroupant villepinistes et centristes à l'Assemblée nationale. On imagine qu'elle a eu coeur à l'ouvrage se sachant sur les rangs pour un ministère...

Elle ne sera pas trop seule au gouvernement, aux côtés, de Bruno Le Maire ou de Georges Tron, tous anciens villepinistes qui n'ont jamais eu de mots assez dûrs contre Nicolas Sarkozy et qu'un maroquin aura suffi à convaincre de la grandeur de leur tâche comme de celle de leur Président.

Comme les choses changent en 4 mois...

 

Il faut relire l'interview accordée par Marie-Anne Montchamp à Libération. Avec le recul, elle sonne comme une très belle lettre de candidature :

 

Libération : Sommes-nous arrivés, après trois années d’exercice du pouvoir par Nicolas Sarkozy, à un point de non-retour ?


Marie-Anne Montchamp : Je le pense. Nous sommes à un vrai tournant marqué par trois renoncements de l’exécutif, qui provoquent dans la majorité des clivages politiques de plus en plus palpables. Le premier est le renoncement à la réforme. On nous a dit «il faut réformer» et l’on nous propose des mesures à courte vue. La seule question que l’on se pose est : sont-elles compatibles avec le socle acceptable par l’électorat de droite ? L’exemple des retraites en est l’illustration : on a juste reculé de deux ans l’âge de départ en espérant que cela ne compromettrait pas 2012. Et on a oublié de préciser qu’il faudra ensuite prendre des décisions budgétaires douloureuses, puisqu’il faut trouver 90 milliards d’euros.
Le second renoncement est plus profond : on n’ose plus regarder la société française en face. Une société qui a ses peurs, ses contradictions. Mais on préfère ne pas les voir. Qu’est-ce qui fait aujourd’hui la famille ? Quel doit être le rôle de l’Etat. Quels sont les risques en matière de santé ? Qu’attend-on, en positif comme en négatif, des migrations ? Toutes les options que nous propose l’exécutif font l’impasse sur ces questions. On se voile la face. Le troisième renoncement, c’est qu’on ne voit plus rien au-delà des échéances électorales de 2012. On sait qu’il faut rétablir l’équilibre des finances publiques, et qu’on ne pourra pas le faire sans augmenter les impôts. Mais on continue de faire comme si cela n’existait pas. On attend 2012.


Libération : Le remaniement annoncé, s’il est de grande ampleur, ne peut-t-il pas renverser la vapeur ?

Marie-Anne Montchamp : L’espoir est toujours possible. On peut changer, repartir sur de bonnes bases. Mais cela risque d’être difficile. Il faudrait beaucoup de courage à l’exécutif pour renoncer à ses dogmes. (...)

 

 

Drôle de morale politique que de se renier autant en si peu de temps, tout ça pour un strapontin gouvernemental...

Qu'elle était belle pourtant cette embrassade du 19 juin dernier (ci-dessous) après la naissance de République Solidaire... Si solidaire que Marie-Anne Montchamp est aujourdhui secrétaire d'Etat à la Solidarité... 





20100619-50_WEB

 

 

source : http://www.lepost.fr

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 09:00

 

Un joli montage qui montre les graves défaillances de la garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie, ou plus probablement ses prodigieuses qualités de menteuse. De quoi nous rassurer sur la probité de notre classe politique...

 

source : http://www.agoravox.tv

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 10:53

http://www.nationspresse.info/wp-content/uploads/2010/03/ChristianVanneste2.jpg

 

 

Récemment sur son blog, Christian Vanneste, député UMP du Nord s’était dit favorable "à moyen ou long terme", et non dans la perspective de 2012, à l’émergence d’une "droite large" regroupant le centre, l’UMP mais aussi le FN, à condition qu’il "change" et "renonce" à certaines positions :

 

Pour ceux qui souhaitent connaître ma pensée, exprimée depuis longtemps avec constance, je la résume :

  • l’exemple italien d’une droite large allant des héritiers de la démocratie chrétienne jusqu’à des partis situés très à droite mérite qu’on s’y intéresse,
  • l’évolution de Gianfranco Fini qui a réussi à faire du MSI, héritier du fascisme, un parti de droite particulièrement fréquentable est à méditer. C’est l’un de ses membres qui est aujourd’hui maire de Rome.
  • Une telle évolution en France me paraît possible, sans doute à long terme et non pour 2012, comme on me le fait dire de manière inexacte,
  • La généralisation du mode de scrutin uninominal par circonscription conduit logiquement au bipartisme. Dans ce cadre, le grand parti de droite va du centre à la droite, comme c’est le cas par exemple pour le parti républicain aux États-Unis.
  • Le complexe imposé par la gauche à la droite, est d’autant plus efficace pour la première qu’elle ne se prive pas, elle, de tendre la main à l’extrême gauche, comme l’a fait récemment Monsieur Hamon envers Monsieur Besancenot.
 
Pour rappel Christian Vanneste avait été condamné en appel pour des propos jugé homophobes avant que cette condamnation ne soit cassé par la cour de cassation.

 

Pour plus d'informations vous pouvez lire cet article : http://www.agoravox.fr

 

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 11:53

http://benjamin-lancar.fr/public/soirees_des_resultats/DSC05007.JPG

 

Le patron des jeunes UMP a rédigé une note sur son blog dressant un parallèle entre la lutte de Guy Môquet en 1940 et la lutte des Jeunes Populaires pour les retraites en 2010.

 

Benjamin Lancar, fraîchement réélu à la présidence des Jeunes Populaires (les jeunes UMP) a rédigé une note pour le moins étrange sur son blog mardi 25 octobre. Titré "Une autre forme d'engagement de la jeunesse, l'engagement pour son pays", le post tente un parallèle entre Guy Môquet, symbole de la résistance exécuté en 1940, et l'engagement des jeunes Pop en faveur de la réforme des retraites.

"La jeunesse de 2010 s’engage, comme la jeunesse de 1940", écrit-il. Mais attention, Benjamin Lancar ne parle pas de la jeunesse qui est dans la rue, celle qui manifeste contre la réforme des retraites. Non, Lancar parle d'une jeunesse "qui a confiance dans l’avenir, qui sait que pour s’en sortir et réussir il faut prendre son destin en main et entreprendre". En d'autres termes les Jeunes Populaires, qui défendent et défendront "toujours la réforme des retraites, parce que nous savons que cette réforme est nécessaire pour l’avenir de notre pays et de notre système par répartition". "Cela n’est bien sûr rien par rapport au sacrifice de Guy Môquet et des milliers de jeunes qui, comme lui, n’ont pas hésité à sacrifier leur jeunesse, leur vie pour leur idéal, pour la liberté, pour la France" admet tout de même Benjamain Lancar qui ajoute cependant: "Mais c’est ce que l’on appelle le courage en 2010."

Mais Lancar ne puise pas uniquement ses sources historiques dans les années 40. En remontant plus loin, il profite de sa note pour saluer le "redressement économique de la France par Pierre Laval en 1932", symbole selon lui d'une classe politique "autrefois courageuse". Et là, le bât blesse. Laval ? En 1932, Laval a été successivement président du Conseil puis ministre du Travail et de la prévoyance sociale du gouvernement André Tardieu. Certes. Mais Laval reste sans conteste l'un des principaux symboles du régime de Vichy ! Il sera en effet chef du gouvernement du 18 avril 1942 au 17 août 1944, ce qui fait de lui l'un des principaux artisans de la politique collaborationniste de l'Etat français !

 

Pour qui se prend Benjamin Lancar ?

Les jeunes populaires sont le plus souvent, des filles et fils à papa qui n'ont jamais eu aucun souci matériel dans leur jeunesse. De plus ce parallèle avec le courage de Guy Mocquet et celui prétendu des jeunes UMP est vraiment déplacé. 


 

source : http://tempsreel.nouvelobs.com

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 15:25

http://www.isige.mines-paristech.fr/ressources/photosarticles/10.02.26%20Antoine%20Rufenacht.jpg

 

Antoine Rufenacht, maire UMP du Havre vient d'annoncer sa démission.

Agé de 71 ans, Antoine Rufenacht est maire du Havre depuis 1995. C'est l'énarque, Edouard Philippe, 39 ans, son actuel adjoint aux affaires juridiques, conseiller général et ancien directeur général de l'UMP aux côté d'Alain Juppé de 2002 à 2004 qui va lui succéder.

M. Rufenacht s'est expliqué dans un communiqué : "En choisissant aujourd'hui de me retirer, et en proposant aux Havrais de reporter leur confiance sur la personne d'Edouard Philippe (...) je mets ainsi en place très en amont le renouvellement indispensable pour intensifier l'élan que nous avons donné ces dernières années", explique "En choisissant aujourd'hui de me retirer, et en proposant aux Havrais de reporter leur confiance sur la personne d'Edouard Philippe (...) je mets ainsi en place très en amont le renouvellement indispensable pour intensifier l'élan que nous avons donné ces dernières années".

Ancien membre du gouvernement de Raymond Barre, ancien président du conseil régionale de Haute Normandie, il avait dirigé la campagne présidentielle de Jacques Chirac en 2002.

Antoine Rufenacht est également le patron de l'UMP en seine-maritime ... pour le moment. C'est certainement Alfred Trassy-Paillogues, actuel secrétaitre départemental de l'UMP, député-maire-conseiller général de Yerville mais aussi Président de la Communauté de communes d'Yerville-Plateau de Caux (rien que ça !) qui devrait lui succéder en cas de départ.



Partager cet article

Repost0

A propos de l'auteur

Arnaud MOUILLARD

 

Educateur Spécialisé.

 

Ancien jeune correspondant au journal l'Humanité.

 

Blogueur membre du collectif de blogueur de gauche #LeftBlogs.

 

RDV sur mon nouveau Blog : http://arnaudmouillard.fr

 

contact : hern276@yahoo.fr