Actualité/Politique


Mardi 11 novembre 2014 2 11 /11 /Nov /2014 07:58


Le lundi 11 novembre 1918, à 11 heures, dans toute la France, les cloches sonnent à la volée. Au front, les clairons bondissent sur les parapets et sonnent le «Cessez-le-Feu», «Levez-vous», «Au Drapeau». La «Marseillaise» jaillit à pleins poumons des tranchées. Même soulagement en face, dans le camp allemand.

Pour la première fois depuis quatre ans, Français et Allemands peuvent se regarder sans s'entretuer. Un armistice a été conclu le matin entre les Alliés et l'Allemagne, dernière des Puissances Centrales à rendre les armes. Il laisse derrière lui huit millions de morts et six millions de mutilés. Les survivants ont perdu la foi dans les valeurs morales et spirituelles qui ont fait la grandeur et l'unité de l'Europe. Mais ils veulent croire que cette guerre qui s'achève restera la dernière de l'Histoire, la «der des der»...

Le jour même de la victoire, d'immenses fêtes collectives éclatent spontanément dans toute la France, partout fleurissent les drapeaux des vainqueurs, dans une ambiance qui frôle parfois l'hystérie. Pourtant, dans les rues, bien des gens ont le visage grave, de nombreuses personnes portent un brassard noir, signe de la perte d'un proche. C'est à ceux qui ne sont plus là, aux blessés et aux mutilés, que l'on pense aussi en ce jour de victoire.

Le cercle de deuil qui s'étend autour des 1,4 million de morts français concerne toute la nation, parents, grands-parents, épouses, fiancées, enfants, oncles... La joie de la victoire est bien vite oubliée pour laisser place au deuil de masse, au chagrin et au souvenir. Lors du fameux défilé de la victoire, le 14 juillet 1919, c'est un immense cénotaphe, tombe symbolique, qui est dressé sous l'Arc de Triomphe, à Paris. Prélude à une « religion du souvenir » empreinte de ferveur populaire, exprimée lors de commémorations autour des innombrables monuments aux morts. Le jour de la victoire se transforme ainsi rapidement en un jour de deuil.

Le 11 novembre 1918, l'armistice fut donc signé entre les Alliés (France, Royaume-Uni, Etats-Unis) et l'Allemagne. L'immense boucherie, qui dure depuis août 1914, s'achève enfin. Devenu jour de recueillement, le 11 novembre rappelle ainsi le sacrifice de ceux qui sont morts durant la Grande Guerre et les terribles souffrances endurées par les « poilus », « tommies » ou « landsers » ; termes populaires désignant respectivement les combattants des tranchées français, britanniques et allemands.

N’oublions jamais ces hommes, chaque familles a eu la douleur de perdre un proche,  mon arrière-grand-père du côté paternel, Joseph Douay, y a d’ailleurs laissé sa vie, c'est aussi à lui que je rend hommage aujourd'hui.







Par Arnaud Mouillard - Publié dans : Actualité/Politique - Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires

Dimanche 9 novembre 2014 7 09 /11 /Nov /2014 10:19

http://www.lefigaro.fr/medias/2008/04/08/07b4c0c4-056c-11dd-987a-2bb641b34b5d.jpg

 

Le mur de Berlin, également appelé le « Mur » ou le « mur de la honte », a été érigé en plein Berlin pendant la nuit du 12 au 13 août 1961 par l'ancienne République démocratique allemande (RDA), qui tenta ainsi de mettre fin à l'exode croissant de ses habitants vers l'ancienne République fédérale d'Allemagne (RFA). Le Mur sépare physiquement la ville en Berlin-Est et Berlin-Ouest pendant plus de vingt-huit ans, et constitua le symbole le plus marquant d'une Europe divisée par le Rideau de fer.

Aujourd'hui, sont célébrés les 25 ans de sa chute, bien qu'étant jeune à l'époque je me rappel de cette évènement. En effet, j'avais 9 ans et je me souviens avoir été marqué par la joie des allemands de l'est et de l'ouest. Je me posais une question : mais pourquoi n'avaient ils pas le droit de franchir ce mur avant ? 


Je vous conseil vivement le film goodbye lenin !, qui raconte l'histoire de la RDA et de la RFA a travers les problèmes d'une famille Est allemande. 

Un très grand film.

 


Par Arnaud Mouillard - Publié dans : Actualité/Politique - Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Dimanche 2 novembre 2014 7 02 /11 /Nov /2014 13:02

ADMD-francois-fais-comme-Hollande.jpg

 

François Hollande doit respecter son engagement 21 de son programme présidentiel.

C'est le but des manifestations organisées dans toute la France pour la 7eme édtion de la journée mondale pour le droit à mourrir dans la dignité organisés par l'ADMD, présidée par Jean-Luc Roméro.

Je soutien cette démarche.

 

Engagement 21

Je proposerai que toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d’une assis- tance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité.

 

 

http://www.admdblog.fr/photo/mod-7652726.png?v=1412164663

 

 

 

Plus d'informations sur l'ADMD ici : http://www.admd.net/

 

 

 



Par Arnaud Mouillard - Publié dans : Actualité/Politique - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Dimanche 28 septembre 2014 7 28 /09 /Sep /2014 09:30

http://www.lepoint.fr/images/2014/09/27/2844080-ide-senatoriales-fonctionnement-senat-jpg_2478263.jpg

 

 

source : http://www.lepoint.fr


Par Arnaud Mouillard - Publié dans : Actualité/Politique - Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Dimanche 28 septembre 2014 7 28 /09 /Sep /2014 09:17
http://blogs.lexpress.fr/jeunes-politiques/wp-content/blogs.dir/861/files/2011/09/senat-palais-du-luxembourg_96.jpg

 

La moitié des sénateurs seront renouvelés ce 28 septembre 2014.

 

Qui va voter dimanche ?

 

Pas vous, à moins que vous ne fassiez partie du collège des grands électeurs, et que vous n'habitiez dans l'un des 59 départements et 4 collectivités d'outre-mer concernés. En effet, seuls les 87.000 grands électeurs, qui sont très majoritairement des conseillers municipaux, élisent les sénateurs. Ils sont même obligés de voter, sous peine d'amende.

Par ailleurs, cette élection n'a pas lieu sur tout le territoire, puisque la moitié des 348 sénateurs sont renouvelés, comme c'est le cas tous les trois ans. Les départements concernés sont ceux qui vont, dans l'ordre de numérotation, de l'Ain à l'Indre et du Bas-Rhin au Territoire de Belfort, à l'exception des départements franciliens. Enfin, une élection partielle aura lieu en Mayenne, où le sénateur Jean Arthuis a démissionné en juin.

 

Comment fonctionne le scrutin ?

 

Ça dépend. Dans les départements où ne sont élus qu'un ou deux sénateurs et en outre-mer, c'est le scrutin majoritaire à deux tours qui prévaut, sachant que les deux tours ont lieu dans la journée. Dans les départements qui élisent trois sénateurs ou plus et pour les sièges concernant les Français de l'étranger, le scrutin aura lieu à la proportionnelle, et les partis doivent présenter des listes paritaires.

 

Pourquoi la gauche devrait-elle perdre le Sénat ?

 

En 2011, pour la première fois dans l'histoire de la Ve République, la gauche s'était emparée de la majorité au Sénat. Toutefois, après le succès de la droite aux municipales, on peut aisément prévoir que le collège des grands électeurs votera majoritairement à droite. Réponse définitive dimanche soir.

Toutefois, même en cas de bascule à droite, cette élection ne changera pas grand-chose pour le gouvernement, puisque le Parti socialiste ne disposait pas de la majorité absolue au Sénat, contrarié par 20 sénateurs communistes qui contestent la ligne économique de l'exécutif. De toute façon, si le Sénat participe au vote des lois, c'est l'Assemblée nationale qui a toujours le dernier mot en cas de désaccord.

 

Qui sera le nouveau président du Sénat ?

 

L'actuel président, le socialiste Jean-Pierre Bel, a d'ores et déjà prévenu qu'il quitterait son poste. La lutte pour le fauteuil de président, le "plateau" en jargon sénatorial, devrait de toute façon se jouer à droite. Trois sénateurs UMP sont en lice : Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre, Gérard Larcher, qui a déjà présidé le Sénat entre 2008 et 2011, et Philippe Marini, président de la commission des finances de la Haute assemblée.

 

A noter qu'en cas de décès ou démission du Président de la République, l’intérim du chef de l’État est exercé par le président du Sénat jusqu’à l’élection du nouveau président (art. 7 al. 4 de la Constitution).

 

 

source : http://www.europe1.fr


Par Arnaud Mouillard - Publié dans : Actualité/Politique - Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

A propos de l'auteur

Arnaud MOUILLARD Blacqueville

Arnaud MOUILLARD

 

Intervenant Psychosocial ALZAMI auprès de personnes malades Alzheimer près de Rouen.

 

Blogueur membre des #LeftBlogs.

 

J'ai soutenu la Motion "Maintenant la Gauche" lors du dernier congrès du Parti socialiste.


contact : hern276@yahoo.fr

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés