Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 22:33
L’ardoise agricole de Nicolas Sarkozy et Bruno Le Maire : 1,45 milliard d’euros

En janvier 2015, nous apprenions dans Libération que la France va devoir rendre à l’Union européenne près de milliard et demi d’euros d’aides agricoles versées à tort entre 2008 et 2012 « pour cause de fraudes et d’erreurs » d'après la Commission européenne.

Cette somme représente environ 2% des quelque 40 milliards d’euros perçus par la France pour cette période dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC). Elle devra être remboursée en trois tranches jusqu’en 2017…

Ce montant a été finalisé à l’issue d’une longue période de négociations entre Paris et Bruxelles. Initialement, la Commission européenne n’avait pas exclu de réclamer jusqu’à 1,8 milliard d’euros. Quinze États membres sont concernés par cette demande de remboursement, mais la France éponge le plus gros de l’ardoise, qui s’établit au total à 1,45 milliard, selon le détail des chiffres publiés dans le Journal officiel de l’UE.

La France a ainsi été pénalisée pour ne pas avoir correctement vérifié le bien-fondé des aides versées aux agriculteurs, notamment en matière d’éco-conditionnalité et de calculs des surfaces agricoles éligibles.

Après avoir ruiné la France et son parti, Sarkozy a laissé une nouvelle ardoise…

N'oublions pas non plus Bruno Le Maire, Ministre de Sarkozy, chargé de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, ainsi que de la Ruralité et l’Aménagement du territoire en 2010, poste qu’il a occupé jusqu’en 2012.

D'ailleurs, quand on écoute le député de l'Eure et Conseiller Régional de Haute-Normandie, Bruno Le Maire au Grand Journal de Canal+ en 2011 dire qu'il ne sait pas combien fait un hectare on peut mieux comprendre.

Le même Le Maire qui aujourd'hui veut donner des leçons au gouvernement…

Merci à Bembelly de m'avoir inspiré ce billet !

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans UMP Sarkozy
commenter cet article
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 21:57

http://www.humanite.fr/sites/default/files/images/33786.HR.jpg

 

Jusqu'à présent Nicolas Sarkozy prônait une « réécriture » de la loi Taubira autorisant le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels.

 

Mais ça, c'était avant, avant ce Week-End où devant les membres de « Sens commun », une émanation de « La Manif pour Tous » à l'UMP, l'ancien président est allé plus loin en se disant favorable à l'abrogation de la Loi Taubira !

 

Bref retour à la case départ pour les couples homos et leurs droits si Sarkozy rdevannait chef de l'Etat en 2017… Enfin presque, car si le candidat à la présidence de l'UMP revenait au pouvoir, les personnes homosexuelles auraient quand même le droit de s'unir, mais pas comme les personnes hétérosexuelles…

 

En effet, il souhaite instaurer deux mariages distincts : un pour les homosexuelle, un pour les hétéros… 

 

Donc pour Sarkozy, dans les mairies, il faudrait faire deux files : une pour les hétéros et autre pour les homos ? Ce serait une politique de discrimination incroyable.  

 

L'ancien chef de l'Etat veut ainsi mettre en pièce cette avancé sociétale voté par la gauche.

 

A titre de comparaison, c'est un peu comme si en 1988, Jacques Chirac, alors candidat face à François Mitterrand avait annoncé abroger la loi contre la peine de mort voté en 1981.

 

En 1980, 61 % des français étaient pour la peine capitale, début 2014 ils étaient 45 %.

 

En 2012, 58 % des français étaient en faveur du mariage homosexuel, aujourd'hui ils sont 68 %

 

 

La France évolue, les français changent, Sarkozy recule…

 

 

 

Billet inspiré d'un article publié dans Paris Normandie

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Sarkozy
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 21:17

SarkoBingo Sarkozy mensonges

 

Sarkozy est de retour avec son flot d’intox.

Voici les douze intox préférées du candidat à la présidence de l'UMP. 

 

 

HEURES SUP

«Les heures sup faisaient gagner entre 150 et 300 euros de plus par mois à neuf millions de Français.»

Sur ce point, la droite est unanime : la défiscalisation des heures supplémentaires, décidée par la loi Tepa (Travail, emploi et pouvoir d’achat) en 2007, apportait du pouvoir d’achat à des millions de Français et la gauche a commis une grave erreur en revenant dessus à l’élection de François Hollande. Mais les chiffrages de Nicolas Sarkozy sur ce point, frisent systématiquement le n’importe quoi : jusqu’à 300 euros par mois pour tout le monde à Toulouse, 150 à 200 à Marseille… En fait, c’était plutôt autour de 500 euros… par an.

 

 

SUCCESSIONS

«On a supprimé l’impôt sur les successions pour 95% des familles françaises.»

La loi Tepa de 2007 (Travail, emploi et pouvoir d’achat), encore elle, a effectivement permis que plus de 90% des successions soient exonérées d’impôts. Mais ce que l’ancien président omet systématiquement de préciser, c’est que c’était déjà le cas avant cette loi… pour 75% des successions. Entendu à Caen, mais aussi il y a bien des années

 

 

AIDE MÉDICALE D’ETAT (AME)

«L’Aide médicale d’Etat a augmenté de 50% entre 2012 et 2013. On est passé de 500 à 800 millions d’euros.»

C’est l’un des gros cartons du Sarkotour : à Nancy, à Caen comme à Marseille et Toulon, l’ancien président de la République s’est fermement opposé à l’Aide médicale d’Etat, dispositif d’urgence pour les sans-papiers. En 2012, il le défendait au nom de «l’honneur de la France» ; désormais, c’est «un trou dont on ne sait même pas à quoi il sert». Tant pis s’il exagère très largement la hausse de son coût, qui s’explique par ailleurs, en partie, par un artifice comptable.

 

 

SYNDICATS

«En 2012, tous les syndicats ont appelé à voter François Hollande.»

Pour Nicolas Sarkozy, tout est à jeter avec les syndicats. Parce qu’ils ne sont pas représentatifs… même s’il a déjà réformé ce point. Et surtout parce qu’ils sont de gauche. Ils auraient même tous appelé à voter François Hollande au deuxième tour de l’élection présidentielle en 2012. En fait, la plupart s’étaient refusés à donner des consignes de vote.

 

 

ABSENTÉISME DANS LA FONCTION PUBLIQUE

«Depuis que le jour de carence a été supprimé, les statistiques sur l’absentéisme dans la fonction publique ont disparu.»

Fallait-il supprimer le jour de carence dans la fonction publique ? Instauré sous Nicolas Sarkozy, le dispositif, qui privait les fonctionnaires en arrêt maladie d’indemnisation pendant un jour, n’existe plus depuis le 1er janvier. Or, Nicolas Sarkozy, un brin complotiste, jure que, comme par hasard, les statistiques sur l’absentéisme dans la fonction publique ont disparu en même temps… A Nice commeà Marseille, le candidat à la présidence de l’UMP a manqué de patience : en réalité, les statistiques n’ont jamais été aussi à jour, mais il est simplement trop tôt pour avoir des données sur 2014…

 

 

COMPTES DE CAMPAGNE

«"Deux notes de Bercy" ou "le Conseil constitutionnel" récuse(nt) tout reproche à mes comptes de campagne de 2012.»

Dans la tourmente de l’affaire Bygmalion, Nicolas Sarkozy est prêt à tout pour afficher sa virginité. La justice enquête sur un système de fausses factures qui aurait permis de masquer un dépassement de campagne de quelque 18 millions d’euros ? C’est tout simplement «une honte». Mais ni les juges du Conseil constitutionnel nideux notes internes du ministère de l’Economie et des Finances ne règlent, de près ou de loin, la question. N’en déplaise à l’ex-président-candidat…

 

 

AGRESSIONS SEXUELLES

«J’ai fait scandale en créant le fichier des empreintes génétiques pour les délinquants sexuels. Il permet d’élucider un viol sur deux.»

Nicolas Sarkozy aurait créé un fichier des empreintes génétiques sur les agresseurs sexuels, exhibitionnistes compris, qui permettrait d’élucider un viol sur deux, malgré les cris d’orfraie de certains. En fait, ce n’est pas lui qui a créé le fichier; les critiques n’ont jamais porté sur son existence en tant que telle et on élucide plus d’un viol sur deux depuis bien plus longtemps que tout cela n’existe. Entendu à Caen, lu aussi dans La Provence, et déjà vu en… 2011.

 

 

ASSISTANAT

«Il y a des gens qui gagnent davantage avec les allocations et l’assistanat que ceux qui travaillent.»

Sus aux profiteurs ! Visiblement, Nicolas Sarkozy n’est plus très loin de penser, comme l’avait dit celui qui était alors son ministre, Laurent Wauquiez, en 2011, que l’assistanat est le «cancer de la société française». Pour l’ancien président, il est en tout cas possible de gagner davantage avec les allocations multiples qu’avec un travail. C’est faux, et c’est même… son ancienne ministre Roselyne Bachelot qui en avait apporté la preuve.

 

 

GESTATION POUR AUTRUI (GPA)

«Il n’y a qu’un seul moyen d’éviter la GPA : il faut revenir sur le mariage pour tous.»

La loi Taubira ouvrant le mariage aux couples de même sexe entraînerait mécaniquement la légalisation de la GPA. Nicolas Sarkozy paraphrase… Eric Zemmour, en affirmant que la jurisprudence française et européenne rend ce lien de cause à effet inéluctable. Il a eu beau le répéter à Marseille et à Nancy, ça reste toujours aussi faux.

 

 

FONCTION PUBLIQUE

«On a supprimé 160 000 postes de fonctionnaires entre 2007 et 2012. Les collectivités locales de gauche en ont recréé autant.»

Si les effectifs de la fonction publique ont augmenté entre 2007 et 2012, ce ne serait donc que la faute des élus locaux de gauche, bien plus dépensiers que l’ancien gouvernement de droite. Non seulement la moitié de la hausse des effectifs des fonctionnaires territoriaux, sur la période, est due aux transferts liés à la décentralisation, et non à des embauches ; mais, en outre, il est difficile d’imputer cette hausse aux seuls élus locaux de gauche alors qu’elle se concentre essentiellement sur le secteur communal, dont la couleur politique est bien plus diverse que les autres échelons locaux. Entendu à Marseille et Toulon, mais aussi à Caen.

 

 

DÉLINQUANCE

«5% des délinquants font 50% de la délinquance.»

C’est une grande marotte sarkozyste : il l’a dit à Marseilleà Toulouse ou encore à Nancy, et déjà en 2012… L’ancien président de la République adore cette statistique qui ne se fonde pourtant sur absolument rien de concret. En fait, il transforme une étude de 2001 sur 2 300 jeunes de 13 à 19 ans dans des collèges et lycées de Saint-Etienne et Grenoble en vérité générale absolue, tout en gonflant les chiffres au passage. Admirable.

 

 

GENRE

«Lors de la journée de la femme, la gauche a dit aux garçons de s’habiller en filles.»

L’histoire fait fureur auprès des militants UMP, à Toulouse comme à Nancy. Surfant sur la vague de la soi-disant «théorie du genre», Nicolas Sarkozy accuse la gauche d’avoir fait s’habiller les garçons en fille, transformant la journée de la femme en «journée de la jupe». Tant pis s’il ne s’agit que d’une initiative lycéenne isolée et peu suivie dans la région nantaise…

 

 

 

source : http://www.liberation.fr

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Sarkozy
commenter cet article
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 17:00

 http://www.controverses-journal.fr/wp-content/uploads/2012/03/Illustration-nicolas-sarkozy-marionnette-des-guignols.jpg

 

« Si je perds, j’arrête la politique »

Nicolas Sarkozy, 8 mars 2012

 

 

 

 

 

Pourtant aujourd'hui, il est de officiellement de retour en étant candidat à la tête de l'UMP...

 

Il n'est pas inutile de rappeler le bilan de l'ex président :

 

Bilan-Sarkozy.jpg

 

 

et des affaires qu'il traîne derrière lui :


Les affaires qui menacent Nicolas Sarkozy

 

 

En attendant je partage l'avis d'Eva Joly sur Twitter :

 

 

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Sarkozy
commenter cet article
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 20:35

 

Alors que les informations sur les ennuis judiciaires sur Nicolas Sarkozy et son clan s'accélèrent, décryptage avec Fabrice Arfi et Michel Deléan sur Mediapart.

 

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Sarkozy
commenter cet article
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 10:18
Sarkozy-Prison.jpg
Après avoir été plaçé en garde à vue, Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour trafic d'influence actif, corruption active et recel de violation de secret professionnel. Il risque jusqu'à 10 ans de prison.

Sarkofrance rappelle que c'est la première fois qu'un ancien Président de la République est ainsi placé en garde à vue
Le nom de Nicolas Sarkozy apparaît dans plusieurs enquêtes :
  • l'affaire Karachi,quand Sarkozy n'était "que" ministre du budget du gouvernement Balladur (1994-1995), dont les ramifications ont conduit les enquêteurs jusqu'aux contrats de vente de technologie de renseignements à l'Arabie Saoudite et la Libye; et à la mise en examen de plusieurs proches.
  • l'arbitrage favorable à Tapie contre le Crédit Lyonnais quand il était ministre des finances (2004) puis, surtout, président de la République (2007-2012); 
  • le scandale Bettencourt dont il est sorti indemne maissansjugement sur le fond,
  • les soupçons de financement libyen de sa campagne de 2007 qui l'ont fait placer sur écoutes au début de l'année 2014, écoutes qui ont permis de découvrir qu'il échangeait avec un magistrat par avocat interposé.
  • la violation du secret de l'instruction, donc, dont le soupçon vaut à Nicolas Sarkozy d'être ainsi placé en garde à vue. 
  • l'affaire Bygmalion, par laquelle on a appris que les frais de campagne de Sarkozy en 2012 avaient été sous-déclarés pour environ 17 millions d'euros (une seconde fraude avérée).

 

 

Chez Mediapart, on se félicite de cette justice qui "s'émancipe enfin du pouvoir politique."

 

Cette mise en examen n'est peut être que la première d'une longue série.

 

 

A droite on entend les Sarkolâtre clâmer que ce n’est que de l'acharnement mais au bout du compte, les juges ne font que leur travail et cette garde à vue, puis cette mise en examen n’arrivent pas par hasard, les enquêteurs estimant qu’ils avaient des informations suffisement solides pour réclamer des comptes à Nicolas Sarkozy.

 N'en déplaise à la droite, Nicolas Sarkozy est un justiciable comme les autres. S'il est reconnu coupable, il sera condamné, en attendant, il bénéficie de la présomption d'innocence.

 

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Sarkozy
commenter cet article
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 21:41

 

Les affaires qui menacent Nicolas Sarkozy

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Sarkozy
commenter cet article
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 21:27

http://s2.lemde.fr/image/2014/03/07/534x267/4379420_3_ce1e_nicolas-sarkozy-a-l-allianz-forum-a-berlin_99d46761e0c8ed20235ec0b5fe135f25.jpg

 

On disait Nicolas Sarkozy prêt à revenir en politique avant la fin de l’été. Mais ce qui arrive d’ici l’été ce sont les affaires. Gênantes, très gênantes. Petit tour de la question, alors que Mediapart et Le Monde publient des articles sur les affaires Bygmalion et Karachi.


L’affaire Bygmalion : 17 millions de dissimulés d’après la compta ! [clic]

Cout rell des meetings de sarkozy 2012Jérôme Lavrilleux, ex-directeur adjoint de la campagne de Sarkozy en 2012, fraichement élu député européen, en garde-vue, a assuré lors de ses surprenants aveux télévisés que l’ex-président n’était pas au courant des «dérives» de ses comptes de campagne. Quoi qu’il en soit, son nom est associé à l’affaire Bygmalion, l’agence de communication qui a organisé ses meetings de campagne. Mediapart publie le détail de la comptabilité de la société et de sa filiale Event & cie, qui a émis des fausses factures et surfacturé des prestations, pour dissimuler 17 millions de dépassements de frais de campagne. Un chiffre nettement supérieur aux «10 millions de factures litigieuses» évoquées par l’avocat de Bygmalion en mai.

La campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 semble avoir totalement dérapé. C’est ce qu’affirme Mediapart, ce mardi 17 juin. Selon son enquête, l’ancien chef de l’État aurait dissimulé 17 millions d’euros à la commission des comptes de campagne, soit six millions d’euros de plus que ce qui était jusque-là soupçonné.

Comprendre-Bygmalion-Sarkozy-Cope-Fillon-UMPLe média en ligne dit avoir eu accès au détail des factures réglées à Event & Cie, une filiale de la société d’événementiel, Bygmalion. Alors qu’elle est censée lui avoir versé 4,3 millions d’euros, l’équipe de Nicolas Sarkozy lui aurait en réalité adressé 21,2 millions d’euros. L’intégralité des meetings organisés pour le président-candidat aurait donc été sous-évaluée de plusieurs centaines de milliers d’euros. Ainsi un meeting à Villepinte annoncé à 444.206 euros aurait-il, par exemple, coûté plus de 1,8 million d’euros. Pire, deux réunions publiques organisées à la Concorde et au Trocadéro ne figurent dans aucun document. Selon Mediapart, ces deux événements auraient respectivement coûté 1.877.989 euros et 576.241 euros. Des chiffres contenus dans une clef USB découverte par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la corruption, le 26 mai dernier.

Les dirigeants de l’UMP savaient-ils ? Jérôme Lavrilleux a reconnu le dépassement du budget et sa dissimulation par le biais de l’UMP, il a mis en cause Guillaume Lambert, directeur de campagne et Eric Césari, le directeur général des services du parti. Selon lui, la décision d’établir de fausses factures aurait été prise « lors d’une réunion dans le bureau d’Eric Césari, en présence de Guillaume Lambert, de Franck Attal, de Bygmalion, et Fabienne Liadzé, la directrice financière de l’UMP »

L’affaire Karachi : un avis contraire qui pèse lourd …

Le 12 juin, les juges ont décidé de renvoyer en correctionnelle six personnes dans l’affaire Karachi, des contrats d’armement avec le Pakistan et l’Arabie saoudite qui sont soupçonnés d’avoir participé au financement de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995. Nicolas Sarkozy, ministre du Budget en 1994, n’est à ce stade pas mis en cause dans l’affaire. Mais, comme l’indique Le Monde ce mardi, il peut toujours être entendu comme témoin assisté par la Cour de justice de la République (CJR), seule habilitée à entendre les anciens ministres, laquelle pourrait même lui signifier une mise en examen. Car la justice se demande pourquoi Nicolas Sarkozy a «donné son feu vert à la conclusion des contrats controversés, contre l’avis de sa propre administration», écrit Le Monde.

Les accusations de financement libyen

C’est dans ce dossier que Nicolas Sarkozy a été placé sous écoutes à partir de fin 2013. Les juges du pôle financier enquêtent sur des accusations de financement de sa campagne présidentielle de 2007 par le régime de Kadhafi. L’intermédiaire Ziad Takieddine a affirmé en janvier 2013 que l’ancien président libyen a apporté son aide à Sarkozy à hauteur de 50 millions d’euros mais n’en a pas apporté de preuve.

Le trafic d’influence présumé

L’ex-chef de l’Etat aurait évoqué au téléphone avec son avocat le cas d’un haut magistrat du parquet général de la Cour de cassation, Gilbert Azibert. Dans cette conversation, il est question de solliciter le juge pour se renseigner sur une procédure en cours devant la Cour de cassation, qui vise à contester la saisie par des juges des agendas de l’ancien président dans l’affaire Bettencourt. Une information judiciaire a été ouverte le 26 février pour trafic d’influence et violation du secret de l’instruction.

L’arbitrage Tapie

Trois juges du pôle financier enquêtent sur cet arbitrage qui a accordé 403 millions d’euros à Bernard Tapie en juillet 2008 pour régler son vieux litige avec le Crédit Lyonnais sur la vente d’Adidas. Les magistrats soupçonnent une entente illicite, un «simulacre d’arbitrage» pour favoriser l’homme d’affaires, avec l’aval de l’exécutif de l’époque. L’enquête démontre que Bernard Tapie s’est rendu plusieurs fois à l’Elysée avant la sentence litigieuse et les juges pensent que Claude Guéant, qui était à l’époque secrétaire général de l’Elysée, a servi d’intermédiaire pour organiser l’arbitrage. L’ex-chef de l’Etat, lui, nie avoir joué un rôle dans l’affaire.

Les sondages de l’Elysée

Un juge enquête, depuis début 2013, sur la régularité des contrats conclus, sans appel d’offres, entre l’Élysée et neuf instituts de sondage sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, notamment avec la société Publifact de son conseiller Patrick Buisson.

 

 

source : PS76.fr

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Sarkozy
commenter cet article
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 21:36

 

Sketch drôle et féroce de Nicolas Bedos sur Nicolas Sarkozy avec un droit d’inventaire que l’UMP n’a pas osé faire :

- 612 milliards de dette publique supplémentaire

- 19% d’augmentation de violence contre les personnes

- 1 million de chômeurs...

 

 

Merci à Bembelly


 

Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Sarkozy
commenter cet article
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 20:31

http://photo.europe1.fr/infos/nicolas-sarkozy3/22882623-1-fre-FR/Nicolas-Sarkozy_scalewidth_630.jpg

 

Nicolas Sarkozy a annoncé qu'il démissionnait "immédiatement" du Conseil constitutionnel, dont il est membre de droit, "afin de retrouver [s]a liberté de parole".

Le Conseil constittionnel avait rejeté ce 4 juillet 2013 ses comptes de campagne pour l'élection présidentielle de 2012. Ainsi, celui-ci n'a pas droit au remboursement forfaitaire prévu par le code électoral, de l'ordre de 11 millions d'euros, équivalent à 47,5 % du plafond de dépenses autorisées, et il doit restituer au Trésor public l'avance forfaitaire de 153 000 euros qui lui avait été versée.

 

Mais voilà, dommage pour l'ancien monarque, un ancien Président ne peut pas démissionner du Conseil Constitutionnel !

"Prisonnier d'un statut"

En effet, selon Olivier Dord, constitutionnaliste, interrogé par francetvinfo.fr, le droit n'autorise pas l'ex-président à démissionner :

"L'article 56 de la constitution, qui codéfinit la composition du Conseil constitutionnel, prévoit, dans l'alinéa 2, que les anciens présidents sont membres de droit du Conseil constitutionnel. Or cette qualité de membre à vie ne peut pas changer, même avec toute la volonté du monde", explique-t-il.

Nicolas Sarkozy pourra seulement s'abstenir de siéger, ce qu'il fait déjà depuis un certain temps. "C'est de la pure communication", pour Olivier Dord. 

 

Nicolas Sarkozy ne pourra donc pas retrouver la "liberté de parole" qu'il appelle de ses vœux.

"Les statuts du Conseil constitutionnel imposent un devoir d’impartialité et un devoir de réserve. Comme il ne peut pas démissionner, il est prisonnier d’un statut", avance Pierre Esplugas, constitutionnaliste à l’université de Toulouse, interrogé par francetvinfo.fr.

Cependant, "les membres de droit ne sont pas obligés de prêter serment", rappelle-t-il, "cela leur donne une certaine liberté de parole".

Par exemple, Valéry Giscard d’Estaing s'était exprimé sur le traité référendaire européen ou pour prendre parti pour Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle de 2007.


Lorsque l'on parle d'argent cela devient sérieux avec Sarkozy.

11 millions en moins pour son "fils spirituel" Copé cela va être difficile à gérer pour un parti déja en grandes difficultés financières.

Pourquoi Fillon n'a t-il pas cherché à reprendre la Présidence de l'UMP ?

Tiens tiens...

 

 

UMP PS : J'ai un petit conseil pour l'UMP : demander à Claude Guéant de vendre quelques tableaux à plus de 10 millions d'euros et c'est réglé !

 


 

 

 


Repost 0
Published by Arnaud Mouillard - dans Sarkozy
commenter cet article

A propos de l'auteur

Arnaud MOUILLARD

 

Educateur Spécialisé près de Rouen.

 

Ancien jeune correspondant au journal l'Humanité.

 

Blogueur membre du collectif de blogueur de gauche #LeftBlogs.

 

J'ai soutenu la Motion "A Gauche pour Gagner !" à l'occasion du dernier congrès du Parti socialiste.

 

Secrétaire de la section PS de Pavilly.

 

RDV sur mon nouveau Blog : http://arnaudmouillard.fr

 

contact : hern276@yahoo.fr